Envoyer des humains sur la Lune dès 2024 est «réalisable», juge la NASA

L'astronaute Harrison Schmitt recueille des échantillons de roches lunaires au site d'atterrissage Taurus-Littrow sur la Lune pendant la mission Apollo 17, en 1972.
Photo: NASA via Agence France-Presse L'astronaute Harrison Schmitt recueille des échantillons de roches lunaires au site d'atterrissage Taurus-Littrow sur la Lune pendant la mission Apollo 17, en 1972.

La NASA juge « réalisable » l’objectif que lui a fixé la Maison-Blanche d’envoyer des Américains sur la Lune dès 2024, a assuré mardi Jim Bridenstine, le patron de l’agence spatiale américaine, confirmant qu’elle aura besoin de « 20 à 30 milliards de dollars supplémentaires sur cinq ans » pour y parvenir.

Saisissant l’opportunité du Salon international de l’aéronautique et de l’espace du Bourget (région parisienne), Jim Bridenstine est venu expliquer le projet américain d’envoyer à nouveau des humains sur la Lune dont pour la première fois une femme, dès 2024.

Le président Donald Trump a signé en 2017 une directive demandant à la NASA d’envoyer à nouveau des humains à la surface de notre satellite naturel. Dans un premier temps la date de 2028 a été fixée. Mais en mars dernier, la Maison-Blanche a brutalement accéléré le calendrier, exigeant désormais que les astronautes américains se posent sur la Lune dès 2024.

« C’est réalisable », a assuré Jim Bridenstine. La NASA travaille depuis des années sur la mega-fusée SLS et le vaisseau Orion qui abritera les astronautes. Elle va aussi s’appuyer sur l’industrie privée pour fournir les éléments d’une mini-station en orbite lunaire.

Reste le gros problème de l’alunisseur, qui sera chargé de déposer les astronautes sur la Lune et les ramener ensuite à la station et qui n’a pas encore été financé.

« Les 20 à 30 milliards de dollars sur cinq ans représentent les sommes additionnelles dont nous avons besoin pour cet “atterrisseur” », a précisé Jim Bridenstine.