La «Grande éclipse» totale a tenu ses promesses

L’éclipse n’a été que partielle à Montréal, mais de nombreux curieux ont tout fait pour ne rien manquer du phénomène astronomique.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir L’éclipse n’a été que partielle à Montréal, mais de nombreux curieux ont tout fait pour ne rien manquer du phénomène astronomique.

Pendant plus de 90 minutes, des millions d’Américains ont communié avec le Soleil lundi, à l’occasion de la « Grande éclipse » solaire totale, la première à traverser les États-Unis en 99 ans.

À 14 h 48, heure de l'Est, le Soleil a réapparu derrière la Lune à Charleston, en Caroline du Sud, dans le sud-est du pays. C’était la dernière étape de l’éclipse avant qu’elle ne disparaisse du continent américain.

À 10 h 16, heure de l'Ouest, l’astre solaire avait commencé à être caché par la Lune dans l’Oregon, dans le nord-ouest du pays. Le début de l’éclipse avait été accueilli par les applaudissements et les cris réjouis de milliers de spectateurs.

 
Photo: Anthony Soufle Star Tribune / AP

« C’était incroyablement beau. J’étais émue aux larmes », a témoigné à Charleston Heather Riser, une femme de 54 ans venue de Virginie pour se trouver sur la trajectoire de l’éclipse, qui a plongé dans l’obscurité une bande diagonale de territoire allant du Nord-Ouest au Sud-Est américains. Comme elle, des milliers de personnes étaient venues profiter de ce moment historique.


Aux quatre coins du pays, même là où l’éclipse n’était que partielle, télescopes et appareils photo étaient de sortie. À Washington, Donald Trump a observé le phénomène avec sa femme, Melania, depuis le balcon Truman de la Maison-Blanche. Pendant un très rapide moment, il a levé les yeux au ciel sans lunettes avant que quelqu’un ne lui crie de les remettre.

L’éclipse totale du Soleil a plongé les spectateurs dans l’obscurité pendant un peu plus de deux minutes. Elle a été visible depuis une bande de 113 kilomètres de large, pour devenir la première à traverser le continent américain depuis 1918.

Douze millions d’heureux élus vivant dans ce couloir privilégié étaient aux premières loges pour observer le spectacle. Ils étaient rejoints depuis plusieurs jours par des millions de touristes et d’amateurs qui se sont massés sur cette diagonale.

En Caroline du Sud, où on a longtemps craint que les nuages ne viennent gâcher la fête, les visiteurs priaient pour que le temps soit clément. « Tant pis si on ne voit pas l’éclipse, elle nous a permis de mettre une épingle sur la carte », et de voyager, philosophait dans la matinée Nick Willder, un Britannique âgé de 59 ans.

Le ciel a finalement été avec eux, et à Charleston, où des milliers de personnes s’étaient acheminées plus tôt dans la journée vers le bord de mer, les spectateurs ont bien été les derniers à en profiter.

Dans le reste des États-Unis, où l’éclipse n’était que partielle, la question qui a taraudé la population pendant tout le week-end était la suivante : où trouver des lunettes de protection ?

Il faut dire que les mesures de sécurité ont été rabâchées — par les médias, la NASA ou les pouvoirs publics — depuis des jours : sous aucun prétexte il ne fallait regarder l’éclipse sans lunettes spéciales, sous peine de se brûler la rétine.

La NASA avait évidemment mis en place un dispositif spécial pour être à la hauteur de l’événement : 11 véhicules spatiaux, 50 ballons et trois avions étaient déployés pour étudier le phénomène, retransmis en intégralité sur le site de l’agence gouvernementale.

Ceux qui avaient les yeux rivés ailleurs, et ne pouvaient pas profiter de l’alignement de la Lune et du Soleil, n’auront toutefois pas à attendre 99 ans pour la prochaine : le prochain rendez-vous avec une éclipse totale est donné en avril 2024.

4 commentaires
  • Anne-Marie Courville - Abonnée 22 août 2017 07 h 37

    L'éclipse de nos hommes politiques

    Au lieu de l'éclipse du soleil, je veux parler de l'éclipse de nos hommes politiques qui nous lancent des messages de guerre et non de paix. Labeaume est le champion et il a besoin de se retirer de la vie politique et de prendre une retraite prolongée. Coderre et Couillard devraient en faire autant. Les élections prochaines devraient nous libérer des libéraux. On devrait voir le mot P A I X dans tous les messages et inviter la population à travailler dans ce sens. Heureusement que le mot de presse de Jean-François Lisée était plus positif.

    • Raymond Labelle - Abonné 22 août 2017 09 h 07

      Charleston a connu toutes sortes d'éclipses récemment...

    • Soraya Ould Ali École De Danse Contemporaire - Abonné 22 août 2017 09 h 51

      Complètement hors sujet et inutile comme commentaire. La section politique, c'est le premier onglet à gauche.

  • Serge Lamarche - Inscrit 22 août 2017 13 h 57

    Beau et rare

    Une éclipse, c'est beau parceque rare. Il y a quelques millions d'années, la lune était plus proche de la terre et provoquait des marées, facilitait les tremblements de terre et les volcans et offrait des éclipses probablement annuellement.
    Voilà pourquoi les dinosaures étaient si méchants avec de grandes dents! haha!