Des influenceurs pour convaincre les jeunes de se faire vacciner

Le ministre Christian Dubé est sorti des sentiers battus durant la semaine — tantôt à Narcity, tantôt à Mtl Blog — pour inciter les jeunes à prendre rendez-vous pour recevoir leur première dose du vaccin contre la COVID-19 à la première occasion.
Photo: La Presse canadienne Le ministre Christian Dubé est sorti des sentiers battus durant la semaine — tantôt à Narcity, tantôt à Mtl Blog — pour inciter les jeunes à prendre rendez-vous pour recevoir leur première dose du vaccin contre la COVID-19 à la première occasion.

L’entrepreneur Olivier Primeau a appelé cette semaine sa « gang » à aller se faire vacciner contre la COVID-19, ce qui a ravi le gouvernement québécois.

« Let’s goooooooo la gang qu’on puisse recommencer à vivre normalement », a écrit le copropriétaire du Beach Club sur ses pages Instagram et Facebook, qui sont respectivement suivies par quelque 755 000 et 265 000 personnes. À la vue de son égoportrait où il apparaît en train de recevoir le vaccin, des dizaines de milliers de personnes l’ont félicité, y compris d’autres influenceurs. « Gros moveman ! Respect », a écrit l’ex-nageur du Rouge et Or et ancien candidat d’Occupation double Pascal-Hugo Caron-Cantin (PH Cantin), lui-même suivi par plus de 100 000 personnes.

Olivier Primeau a demandé le moins sérieusement du monde au premier ministre François Legault « minimum 500 000 dollars pour le post et 50 millions en subventions », moins de quatre mois après avoir offert le plus sérieusement du monde à des personnes « passionnées » de travailler dans l’équipe de Beach News Everyday à raison de « 5 $ chaque chronique ». Alanis Desilets (275 000 abonnés) a bien ri.

« Je suis assez riche pour pas avoir besoin de me faire payer pour parler d’un vaccin qui va nous redonner une vie normale », a précisé Olivier Primeau sur ses réseaux sociaux, après y avoir « bloqué 500 Covid idiots ».

Les responsables de la campagne de vaccination ne pouvaient demander mieux, car Olivier Primeau — à qui l’on doit aussi des boissons alcoolisées, des poutines surgelées et des burgers à réchauffer au micro-ondes — est l’une des personnalités les plus influentes sur les réseaux sociaux auprès de la génération Z et des millénariaux, dont le tour dans les cliniques de vaccination est arrivé.

« Olivier Primeau, c’est le target que tu veux », fait remarquer un conseiller politique, rappelant que 21 % des 18-24 ans, 24 % des 25-34 ans et 20 % des 35-44 ans n’ont pas l’intention ou ignorent s’ils se feront vacciner, selon un sondage mené par l’INSPQ.

Les influenceurs ont toute « une force de frappe » pour persuader les jeunes de prendre leur rendez-vous dans une clinique de vaccination, estime le député caquiste Samuel Poulin. « Je fais un appel aux influenceurs à partager leur expérience. Certains l’ont fait via Instagram en indiquant : “Ça ne fait pas mal. Ça va vite. C’est simple” », relate l’adjoint parlementaire au premier ministre. « Nos grands-parents et nos parents se sont fait vacciner dans les dernières semaines. Ils ont été au rendez-vous. C’est à notre tour », poursuit-il.

Dubé parle et écrit aux jeunes

Le ministre Christian Dubé est sorti des sentiers battus durant la semaine — tantôt à Narcity, tantôt à Mtl Blog — pour inciter les jeunes à prendre rendez-vous pour recevoir leur première dose du vaccin contre la COVID-19 à la première occasion. L’élu caquiste leur a aussi écrit une lettre. « On a besoin que vous nous surpreniez, que vous alliez vous faire vacciner en grand nombre », a insisté le comptable sur son compte Facebook, qui se trouve dans l’ombre de ceux des vedettes québécoises.

Le ministre, dont les gazouillis sont reconnaissables par leur ponctuation surprenante, « est tout à fait conscient qu’il n’est pas la meilleure personne pour parler aux jeunes », confie un membre de son équipe. Pour passer ses messages, il s’est tourné vers Gab, JR et Dan — les trois vedettes septuagénaires du compte TikTok du gouvernement du Québec « Restepépé » — dont les vidéos ont récolté 4,6 millions de « J’aime » depuis le début de la pandémie, ajoute-t-il.

L’État québécois prépare des « offensives publicitaires ». La première se déroulera notamment sur les médias sociaux et les plateformes de diffusion en continu comme Spotify. Elle visera à convaincre les personnes âgées de 25 à 34 ans à aller se faire vacciner et à inciter leurs amis à suivre leurs pas.

« On va axer davantage le message sur la liberté que nous pourrons retrouver », explique le député Samuel Poulin, 30 ans. La seconde consistera non seulement à « informer » et à « encourager » les jeunes de 12 à 17 ans — et leurs parents — en vue de leur vaccination, mais également à les « rassurer sur la sécurité du vaccin », indique le ministère du Conseil exécutif.

Jusqu’ici, les efforts de créativité — cliniques sans rendez-vous ou ouvertes les soirs et les week-ends, artistes sur les lieux, etc. — ont porté leurs fruits, estime le ministère de la Santé. Pour preuve, 545 000 adultes âgés de moins de 40 ans ont reçu leur première dose du vaccin contre la COVID-19, indique-t-il.

Par ailleurs, l’auteur-compositeur-interprète Émile Bilodeau, qui a poussé la chansonnette jeudi au Palais des congrès, s’est avéré « un très bon choix pour démontrer que l’expérience de vaccination est agréable », mentionne le député Samuel Poulin, responsable des dossiers jeunesse du premier ministre.

 

À voir en vidéo