L’Ontario et l’Alberta suspendent les vaccinations avec l’AstraZeneca

Quelque 650 000 doses d’AstraZeneca ont déjà été injectées en Ontario, notamment au premier ministre Justin Trudeau et à son épouse Sophie.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Quelque 650 000 doses d’AstraZeneca ont déjà été injectées en Ontario, notamment au premier ministre Justin Trudeau et à son épouse Sophie.

L’Ontario, province canadienne la plus peuplée, a annoncé mardi la suspension des vaccinations avec la première dose du sérum anti-Covid d’Astrazeneca, en raison d’une hausse du nombre de thromboses causées par le vaccin.

Quelques heures plus tôt, l’Alberta, autre province dans l’ouest du pays, avait également décidé de suspendre la vaccination avec ce remède, en raison de doutes sur d’éventuelles ruptures d’approvisionnement dans les prochains mois.

Ces deux provinces représentent la moitié de la population canadienne.

Le chef des autorités sanitaires de l’Ontario, le Dr David Williams, a expliqué lors d’un point presse que cette suspensionn avait été décidée « à titre de précaution en raison d’une hausse constatée des cas de thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par le vaccin ».

Le taux de ces problèmes de coagulation sanguine est passé de 0,9 cas par 100 000 doses administrées à 1,7, explique le ministère de la Santé de la province dans un communiqué.

Quelque 650 000 doses d’AstraZeneca ont déjà été injectées en Ontario, notamment au premier ministre Justin Trudeau et à son épouse Sophie.

À l’échelle du Canada, ce vaccin a provoqué une douzaine de thromboses, dont trois mortelles.

L’Ontario justifie également sa décision par un accroissement des livraisons des deux vaccins à ARN messager, ceux de Pfizer et Moderna, et par les « premiers résultats prometteurs » de l’administration de deux vaccins différents.

Le Dr Williams a précisé qu’il étudiait « les options pour l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca pour les deuxièmes doses ».

Au 10 mai, quelque 40 % des Canadiens avaient reçu au moins une dose d’un des trois vaccins utilisés à ce jour au Canada (Pfizer / BioNtech, Moderna, AstraZeneca). Le sérum de Johnson et Johnson a également été approuvé mais n’a pas encore été administré en raison d’inquiétudes sur la qualité des premières doses reçues.

Plusieurs pays de l’Union européenne ont limité les vaccinations avec AstraZeneca après qu’un lien a été établi entre le vaccin et des caillots sanguins très rares mais souvent mortels.

De nombreux États brésiliens, dont ceux de Sao Paulo et de Rio de Janeiro, ont annoncé avoir suspendu mardi la vaccination des femmes enceintes avec AstraZeneca. Le Danemark a complètement abandonné le vaccin.

À voir en vidéo