Des soins seront enfin offerts aux personnes atteintes de la COVID longue durée

Les personnes qui pensent être atteintes de la COVID longue durée doivent autant que possible consulter leur médecin ou une infirmière praticienne.
Photo: iStock Les personnes qui pensent être atteintes de la COVID longue durée doivent autant que possible consulter leur médecin ou une infirmière praticienne.

Le CISSS de la Montérégie-Ouest annonçait jeudi la mise sur pied sur son territoire d’une offre de services et de soins spécialisés en réadaptation pour les personnes souffrant de symptômes persistants de la COVID-19, qu’on appelle communément COVID longue durée.

Cette offre de services qui découle d’une collaboration entre le CISSS de la Montérégie-Ouest et le Centre de recherche sur la réadaptation axée sur le patient de l’Université de Sherbrooke s’adresse à toutes les personnes qui éprouvent des symptômes handicapants, tels qu’une faible tolérance à l’effort, des maux de tête, des difficultés à se concentrer, une fatigue mentale, des douleurs, et ce, depuis plus de quatre semaines après leur infection.

On estime qu’environ 20 à 30 % des personnes ayant eu la COVID-19 présenteront toujours certains symptômes plus de quatre semaines après leur infection, et chez 10 des personnes infectées, ces symptômes pourront même persister plus de 12 semaines. La COVID longue durée est « une maladie multisystémique et imprévisible pour laquelle plus de 50 symptômes différents ont été décrits. La récupération est donc complexe », a expliqué lors d’un breffage technique le chercheur Simon Décary du Laboratoire de recherche sur la réadaptation axée sur le patient de l’Université de Sherbrooke.

Les personnes qui pensent être atteintes de la COVID longue durée doivent autant que possible consulter leur médecin ou une infirmière praticienne, qui demanderont une consultation auprès de l’équipe de soins sur la COVID longue durée, laquelle rencontrera en « télésoin » les patients afin de déterminer leur état de santé et d’évaluer leurs besoins. En fonction de ces derniers, les patients seront pris en charge par une équipe interdisciplinaire comprenant des physiothérapeutes, des ergothérapeutes, des nutritionnistes, des inhalothérapeutes, des orthophonistes, des travailleurs sociaux et des neuropsychologues. Tous ces professionnels auront reçu une formation sur la COVID longue durée et resteront en contact avec le groupe de recherche de M. Décary afin d’adapter leur pratique en fonction de l’évolution des données de la recherche sur la COVID longue durée. Ces spécialistes proposeront des ateliers virtuels pour aider les patients à mettre en place des stratégies de gestion de leurs symptômes.

Des phytothérapeutes et des ergothérapeutes provenant de cliniques privées seront recrutés afin de ne pas pénaliser les services offerts dans le secteur public, a précisé Annik Jobin, conseillère-cadre au CISSS de la Montérégie-Ouest.

Pour l’instant, seuls les résidents du territoire du CISSS de la Montérégie-Ouest ont accès dès maintenant à cette offre de services et de soins, qui devrait être déployée dans toutes les régions du Québec. « Nous avons un modèle qui pourra être utilisé et implanté ailleurs au Québec. Nous pourrons fournir un “clé en main” aux autres régions afin qu’elles puissent démarrer le plus rapidement possible », a indiqué Mme Jobin.

Les personnes qui auraient besoin de tels soins et services peuvent formuler une demande auprès de leur médecin ou par téléphone (1 844 699-6598), voire à l’adresse courriel readaptation.covid.cisssmo16@ssss.gouv.qc.ca. Mais en attendant d’avoir accès à ces services, toutes les personnes atteintes de la COVID longue durée peuvent consulter des fiches d’information suggérant des stratégies de gestion de leurs symptômes.

M. Décary a formulé trois recommandations à l’attention des personnes atteintes de la COVID longue durée : évitez de repousser vos limites trop rapidement en vous lançant dans un programme d’exercices susceptible de provoquer une rechute de vos symptômes ; mettez l’accent sur le repos pendant les quatre à douze semaines suivant votre infection, voire au-delà pour éviter les rechutes ; après trois mois, adoptez la stratégie du “pacing” pour doser vos activités afin d’éviter de dépasser vos capacités physiques et cognitives.

À voir en vidéo