Les résidences pour aînés de l’Ontario n’ont pas appliqué les leçons du SRAS, déplore la VG

Le gouvernement ontarien et le milieu des foyers de soins de la province n’ont pas tenu compte des leçons tirées de l’épidémie de SRAS en 2003, se désole la vérificatrice générale.
Photo: Frank Gunn Archives La Presse canadienne Le gouvernement ontarien et le milieu des foyers de soins de la province n’ont pas tenu compte des leçons tirées de l’épidémie de SRAS en 2003, se désole la vérificatrice générale.

La vérificatrice générale de l’Ontario affirme que les foyers de soins de longue durée étaient mal préparés pour affronter la pandémie de COVID-19.

Bonnie Lysyk soutient que le gouvernement provincial et le milieu des foyers de soins n’ont pas tenu compte des leçons tirées de l’épidémie de SRAS en 2003. De plus, Mme Lysyk souligne que les préoccupations concernant les faiblesses systémiques du milieu, qui avaient été soulevées à plusieurs reprises depuis des années, n’ont pas été résolues.

Son rapport spécial note également le manque d’intégration de ce secteur dans le système de santé. Par conséquent, les foyers de soins de longue durée n’ont pas pu bénéficier de l’expertise des hôpitaux et de la santé publique en matière de contrôle des infections, estime la vérificatrice générale.

La COVID-19 a frappé de plein fouet les foyers de soins de longue durée de l’Ontario au printemps dernier. Au total, la maladie a tué au moins 3756 résidents et 11 employés de ces foyers. À un certain point, des militaires ont dû intervenir pour aider dans les résidences les plus touchées. « Dans l’ensemble, le ministère et les foyers de soins de longue durée n’étaient pas suffisamment positionnés, préparés ou outillés pour répondre efficacement et rapidement aux enjeux créés par la pandémie », écrit Mme Lysyk.

Son rapport formule 16 recommandations, notamment d’exiger des exploitants qu’ils rénovent et améliorent leurs maisons plus rapidement et d’élaborer une stratégie provinciale pour s’attaquer aux « causes profondes » de la pénurie de personnel. Le rapport recommande également l’élaboration d’un plan de lutte contre la pandémie pour ce secteur.

« Il ne devrait y avoir aucune surprise dans le contenu et les recommandations de ce rapport, a déclaré la vérificatrice générale. De nombreux problèmes et recommandations ont été soit mis en évidence, soit recommandés précédemment. »

La province demeure sous la barre des 3500 nouveaux cas

L’Ontario se maintenait mercredi sous la barre des 3500 nouveaux cas de COVID-19, avec un taux de positivité de 7,2 %, et signalait 24 autres décès liés au virus.

 

Le gouvernement ontarien ajoute que 2281 personnes sont hospitalisées avec le coronavirus, dont 877 aux soins intensifs et 605 sous respirateur. Des 3480 nouveaux cas de COVID-19 signalés mercredi, 961 étaient recensés à Toronto, 589 dans sa banlieue de Peel, 290 dans celle de York et 341 dans la région de Niagara.

 

Le ministère de la Santé précise toutefois que le nombre de cas pour certaines unités de santé, y compris Hamilton et Niagara, pourrait être plus élevé en raison d’un processus de rattrapage des données. Les données de mercredi sont basées sur près de 50 200 tests effectués.

 

Les autorités affirment que 116 173 doses de vaccin ont été administrées depuis le rapport de mardi, pour un total de 4 907 203 doses administrées jusqu’ici dans la province.