Des contrôles «sporadiques» pour limiter les déplacements entre l’Ontario et le Québec

Afin de freiner la propagation des variants de la COVID-19, Québec a pris la décision d’interdire à toute personne en provenance de l’Ontario d’entrer ou de se trouver dans la province à partir du 19 avril.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Afin de freiner la propagation des variants de la COVID-19, Québec a pris la décision d’interdire à toute personne en provenance de l’Ontario d’entrer ou de se trouver dans la province à partir du 19 avril.

Québec a dévoilé les modalités entourant la fermeture de ses frontières avec l’Ontario, qui entre en vigueur ce lundi à minuit.

Les policiers seront notamment appelés à faire des « contrôles sporadiques » afin de limiter les déplacements entre les deux provinces, a annoncé dimanche en fin de journée le bureau de la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

L’attachée de presse de la ministre, Amélie Paquet, a précisé que des patrouilleurs seront présents particulièrement lors de « périodes achalandées » sur les artères interprovinciales fréquemment empruntées. Le déploiement permanent de barrages routiers, soit 24 heures sur 24, n’est pas prévu, a-t-elle indiqué.

De son côté, le Service de police d’Ottawa a indiqué par communiqué que des policiers seront placés en permanence du côté ontarien des ponts Champlain, Portage, Chaudière et Macdonald-Cartier, ainsi que sur les quais des traversiers Quyon et Bourbonnais à compter de 0 h 01, lundi.

Afin de freiner la propagation des variants de la COVID-19, Québec a pris la décision vendredi d’interdire à toute personne en provenance de l’Ontario d’entrer ou de se trouver dans la province à partir du 19 avril. Cette annonce a suivi celle du premier ministre ontarien, Doug Ford, qui avait avisé qu’il fermait ses frontières à l’Est comme à l’Ouest.

Dans un arrêté ministériel publié en fin de journée dimanche, le gouvernement québécois autorise toutefois certains déplacements. Une personne pourra entrer dans la province, entre autres, à des fins humanitaires, pour fréquenter un établissement d’enseignement, pour assurer le transport de marchandises, pour exercer des droits de garde ou d’accès parentaux, et pour obtenir ou donner des soins de santé.

Les employés de la fonction publique fédérale dont le lieu de travail se situe au Québec et que la présence est requise sur leur lieu de travail y seront aussi autorisés.

Les personnes qui entrent au Québec en provenance de l’Ontario pour regagner leur résidence principale figurent également parmi les exceptions. Elles devront s’isoler pendant 14 jours dès leur retour, sauf si elles se sont déplacées pour des raisons humanitaires, pour des soins de santé ou pour exercer des droits de garde ou d’accès parentaux, notamment.

Québec rappelle par ailleurs qu’il est interdit de se rendre dans les régions de la Côte-Nord, du Nord-du-Québec, de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine ainsi qu’au Nunavik et sur les Terres-Cries-de-la-Baie-James.

À voir en vidéo