À peine la moitié des Canadiens font confiance au vaccin d’AstraZeneca

Le sondage suggère que la méfiance à l’égard d’AstraZeneca n’a pas jusqu’à présent rendu les Canadiens plus hésitants à se faire vacciner contre la COVID-19.
Photo: Gabriel Bouys Archves Agence France-Presse Le sondage suggère que la méfiance à l’égard d’AstraZeneca n’a pas jusqu’à présent rendu les Canadiens plus hésitants à se faire vacciner contre la COVID-19.

Les Canadiens craignent beaucoup plus de se faire injecter le vaccin d’AstraZeneca contre la COVID-19 que de recevoir d’autres vaccins approuvés pour utilisation au Canada, selon un nouveau sondage.

Seulement 53 % des répondants au sondage, mené par Léger et l’Association d’études canadiennes, ont déclaré qu’ils font confiance au vaccin mis au point par l’Université d’Oxford et la firme AstraZeneca. Au Québec, ils sont 55 %.

C’est bien moins que les 82 % (86 % au Québec) qui ont déclaré qu’ils auraient confiance à se faire injecter le vaccin Pfizer-BioNTech ou encore les 77 % (83 % au Québec) qui ont affirmé la même chose à propos du vaccin de Moderna.

AstraZeneca a également fait moins bien que le vaccin Johnson & Johnson, qui a été approuvé, mais qui n’est pas encore disponible au Canada ; 69 % ont exprimé leur confiance en cette option.

Le sondage en ligne auprès de 1523 Canadiens adultes a été mené du 26 au 28 mars, juste avant que la dernière controverse n’éclate au sujet du vaccin d’AstraZeneca. On ne peut pas lui attribuer de marge d’erreur, car les sondages en ligne ne sont pas considérés comme ayant des échantillons aléatoires.

Lundi, le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) a recommandé que le vaccin d’AstraZeneca ne soit pas utilisé chez les personnes de moins de 55 ans. Il s’agit d’une mesure en réponse aux rapports selon lesquels une trentaine de patients en Europe, principalement des femmes plus jeunes, ont possiblement développé des caillots sanguins après avoir reçu le vaccin.

C’était la troisième fois que le CCNI modifiait ses directives sur l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca.

Fin février, le comité consultatif avait déclaré qu’il ne devrait pas être utilisé sur les personnes de plus de 65 ans, citant un nombre insuffisant de personnes âgées impliquées dans les essais cliniques. Deux semaines plus tard, le CCNI s’est rétracté, basé sur des preuves concrètes de l’efficacité du vaccin d’AstraZeneca chez les personnes âgées.

Le sondage suggère que la méfiance à l’égard d’AstraZeneca n’a pas jusqu’à présent rendu les Canadiens plus hésitants à se faire vacciner contre la COVID-19.

78 % des répondants ont déclaré qu’ils avaient l’intention de se faire vacciner, poursuivant une tendance à la hausse lente, mais constante depuis octobre dernier, alors que 63 % prévoyaient de se faire vacciner.

De plus, 58 % (62 % au Québec) ont déclaré qu’ils prendraient le premier vaccin disponible, en hausse de 30 points de pourcentage depuis novembre. Un autre 24 % a déclaré qu’ils attendraient que d’autres vaccins soient disponibles.

À voir en vidéo