Québec a (encore) envoyé des masques non conformes aux garderies

Québec a encore une fois envoyé des masques non conformes aux CPE, mais aussi aux écoles et aux institutions d’enseignement supérieur.
Photo: Adil Boukind Archives Le Devoir Québec a encore une fois envoyé des masques non conformes aux CPE, mais aussi aux écoles et aux institutions d’enseignement supérieur.

Québec a une fois de plus envoyé des masques non conformes dans les garderies, mais aussi dans les écoles, les établissements d’enseignement supérieur et le réseau de la santé.

Dans un courriel transmis aux services de garde vendredi, et dont Le Devoir a pu prendre connaissance, le ministère de la Famille écrit que les masques qu’il a fournis ne doivent plus être distribués et doivent être conservés « dans un endroit sécuritaire dès maintenant ». La directive vise également le réseau de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, est-il précisé.

Le message comporte, en pièce jointe, un avis de Santé Canada daté du jeudi 25 mars. L’agence fédérale « juge inacceptables les risques liés à ces instruments médicaux », y est-il écrit.

En décembre, Québec avait avisé les services de garde qu’il les avait équipés avec des masques non conformes sur une période de sept mois.

Or une partie des masques envoyés dans le réseau par la suite pourraient constituer un « potentiel de toxicité pulmonaire précoce » en raison du matériel dont ils sont faits, le graphène nanoformé.

« À ce jour, Santé Canada n’a pas reçu de données permettant d’appuyer l’innocuité et l’efficacité des masques faciaux contenant du graphène nanoformé », lit-on dans la note transmise aux services de garde. « Par conséquent, compte tenu de l’absence de données probantes fournies par les fabricants pour appuyer l’utilisation sécuritaire et efficace des masques recouverts de graphène nanoformé, Santé Canada juge inacceptables les risques liés à ces instruments médicaux ».

En fin de journée vendredi, le ministère de la Santé a publié un communiqué dans lequel il dit avoir averti les réseaux de l’éducation, de la santé et des services de garde des craintes associées à ces masques. « De l’information concernant la procédure pour détruire et remplacer ces masques sera transmise dans les meilleurs délais », y est-il écrit.

« Réitérons qu’il s’agit d’un risque potentiel et que le gouvernement agit de manière proactive pour éviter tout danger possible. Par ailleurs, ce rappel ne touche pas les masques pédiatriques, précise le communiqué. Des vérifications sont déjà en cours auprès du Centre d’acquisitions gouvernementales pour retrouver les établissements qui auraient pu recevoir des masques contenant cette particule. »

Les masques pouvant présenter des risques sont ceux du modèle SNN200642 du fournisseur Metallifer. « Pour vous aider à les identifier, ce sont les masques qui ont un côté gris et un autre gris et bleu », souligne le courriel transmis par le ministère de la Famille. « Notons cependant que les modèles T1001 et HSC-HB-DMM livrés depuis décembre 2020 dans les bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial sont conformes et peuvent être utilisés », y lit-on encore. « Ces masques sont sécuritaires et ils respectent toutes les exigences de l’INSPQ. »

Vendredi, plusieurs enseignants du primaire et du secondaire ont contacté la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) pour leur faire part de leur désarroi de constater que les masques qu’ils utilisaient depuis des mois n’étaient pas conformes.

« On est rendu encore une fois à informer des travailleurs que ce que l’État leur fournit n’est pas sécuritaire alors qu’on est en contexte de pandémie », a soupiré le président de la FAE, Sylvain Mallette, en entrevue au Devoir en fin de soirée.

« Ça fait plus d’un an que le Québec est secoué par ce virus et le gouvernement continue d’envoyer masques défectueux […] C’est quand même assez hallucinant ! » a-t-il renchéri au bout du fil.

Cette révélation survient d’ailleurs à quelques jours du retour en classe à temps plein des élèves de 3e, 4e et 5e secondaire en zone rouge, lundi prochain.

À voir en vidéo