Deux premiers décès liés à la COVID-19 parmi les habitants du Nunavik

La vaccination de la communauté inuite, jugée à risque en raison de son caractère isolé, progresse dans les 14 villages du Nord-du-Québec.
Photo: Caroline Montpetit Archives Le Devoir La vaccination de la communauté inuite, jugée à risque en raison de son caractère isolé, progresse dans les 14 villages du Nord-du-Québec.

Deux habitants du Nunavik infectés par la COVID-19 sont décédés — ce qui constitue les deux premiers décès liés à la COVID-19 chez les Inuits du Nord-du-Québec. Les deux défunts ont été infectés par le coronavirus lors de leur hospitalisation dans le sud de la province, a annoncé jeudi soir la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik.

On ne sait pas quand ces morts sont survenues, ni l’âge des personnes décédées. La Régie régionale précise toutefois que « les deux personnes souffraient d’autres problèmes de santé ».

« Leur mort n’a peut-être pas été causée par la COVID-19, mais au moment de leur décès, ils étaient porteurs du virus et seront donc comptés parmi les décès imputables à la COVID-19 », précise-t-on. Les deux victimes n’auraient pas eu de « contacts significatifs » avec d’autres personnes de la région.

Depuis le début de la pandémie, 41 cas de COVID-19 ont été confirmés au Nunavik.

La vaccination de la communauté inuite, jugée à risque en raison de son caractère isolé, progresse dans les 14 villages du Nord-du-Québec. En date de jeudi, 4062 Nunavimmiuts de plus de 18 ans avaient reçu leur première dose de vaccin sur une population totale d’environ 13 000 individus.

Toute personne qui rentre au Nunavik après un séjour dans le sud de la province doit se faire tester avant de prendre l’avion, puis faire une quarantaine de 14 jours à son arrivée et se faire tester à nouveau 7 jours après son retour au Nunavik.