La vaccination contre la COVID-19 prend de la vitesse au Québec

Photo: John Woods La Presse canadienne

La campagne de vaccination contre la COVID-19 au Québec s’accélère. Plus de la moitié des doses de vaccins reçues ont été utilisées à ce jour, selon le dernier bilan publié par le gouvernement jeudi.

En tout, 48 632 injections ont été données depuis le début de l’opération le 14 décembre, dont près de 10 000 pour la seule journée de mercredi. C’est quatre fois plus que le nombre d’injections administrées trois jours auparavant.

Le tableau de progression de la campagne de vaccination indique que le gouvernement québécois a finalement reçu en tout 88 075 doses des vaccins de Pfize-BioNTech et de Moderna. C’est 575 de plus que ce que le ministère de la Santé avait indiqué dans un communiqué de presse la semaine dernière.

À ce jour, un peu plus de 6,4 % des 40 000 résidents en centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) ont été vaccinés. Le taux grimpe à 8,5 % pour les 325 000 membres du personnel soignant dans le réseau de la santé et des services sociaux. Des proches aidants — 181 — ont également reçu leur première injection. La vaccination a aussi commencé cette semaine dans certaines communautés éloignées. Il s’agit d’Opitciwan et Wemotaci, deux collectivités Atikamekw situées en Haute-Mauricie.

Le gouvernement espère avoir inoculé 250 000 personnes au 8 février, date prévue pour la fin du couvre-feu. Selon son calendrier, les personnes qui habitent en résidence privée pour aînés devraient recevoir une première dose à compter de la semaine du 25 janvier ; les personnes âgées de 80 ans ou plus, à compter de la semaine du 15 février et ceux de 70 à 79 ans, à compter de la semaine du 15 mars.

Les résidents des CHSLD et le personnel soignant en attente d’une deuxième dose devraient également commencer à l’obtenir à compter de la mi-mars, selon les prévisions du gouvernement. Celui-ci avait annoncé le 31 décembre qu’il dérogeait au protocole recommandé par les fabricants et reportait l’injection de trois mois pour vacciner le plus grand nombre possible de personnes vulnérables. Cette décision est loin de faire l’unanimité au sein de la communauté scientifique. Certains immunologues craignent que cela n’entraîne des mutations du virus qui rendraient éventuellement les vaccins inutiles.

Douze résidents du centre gériatrique Maimonides Donald Berman de Montréal, qui ont été parmi les premiers à recevoir une dose du vaccin, ont mis en demeure le gouvernement québécois pour obtenir un second coup d’aiguille d’ici vendredi. Ils sont représentés par l’avocat Julius Grey, qui estime que le report de la deuxième dose de quelques mois constitue non seulement une attente déraisonnable, mais aussi une rupture de contrat.

À voir en vidéo