«On en a pour des mois cette fois-ci» dans les milieux de vie pour aînés

Les professionnels de la santé sont à bout de souffle, constate le médecin gériatre Quoc Dinh Nguyen, quelques jours à peine après l’arrivée de la seconde vague de coronavirus au Québec.
Photo: Valérian Mazataud Archives Le Devoir Les professionnels de la santé sont à bout de souffle, constate le médecin gériatre Quoc Dinh Nguyen, quelques jours à peine après l’arrivée de la seconde vague de coronavirus au Québec.

L’ex-chef de l’escouade chargée de limiter la propagation de la COVID-19 dans les milieux de vie pour personnes aînées, Quoc Dinh Nguyen, observe avec inquiétude les indicateurs de la Santé publique passés tour à tour au rouge. « On en a pour des mois cette fois-ci », prévient-il dans un entretien téléphonique avecLe Devoir.

Les professionnels de la santé sont à bout de souffle, constate le médecin gériatre quelques jours à peine après l’arrivée de la seconde vague de coronavirus au Québec. « Si on avait les chiffres qu’on a et la situation qu’on a, puis on était quelque part en décembre, je ne serais pas rassuré, mais je dirais : “OK, ça va, on va y arriver”. Mais, le fait qu’on soit en septembre, puis qu’on sente les choses aussi fragiles et les gens aussi fatigués, c’est sûr que… les prochaines semaines pourraient être longues », laisse tomber l’épidémiologiste spécialisé en vieillissement.

Le groupe d’experts « COVID-19 : mesures pour les personnes aînées » — à la tête duquel il avait été « catapulté » par les ministres Danielle McCann et Marguerite Blais le 10 avril dernier — a cessé ses travaux en juillet.

Formé de sept médecins et d’une infirmière, il s’était placé à plus d’une occasion en porte-à-faux avec le réseau de la Santé et des Services sociaux. Il avait demandé au gouvernement Legault de cesser de recourir aux médecins spécialistes pour remédier à la pénurie de personnel dans les centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD), mais en vain. « Au début, on ne savait pas tout ce qu’il fallait faire », explique le Dr Nguyen.

Une voix plus forte pour les aînés

En pleine crise, le médecin gériatre de 32 ans s’est demandé à plus d’une occasion : « Est-ce que le temps que je fais là, à la place de voir des patients, peut aider, contribuer ? » « La réponse, pendant un certain temps, était : “Certainement !” Donc, on a travaillé très fort à produire le rapport », relate-t-il, confirmant du même souffle avoir déposé un document assorti de recommandations et d’avis au ministère. Le rapport est introuvable sur le site Web du ministère de la Santé et des Services sociaux. « Il n’a jamais été publicisé », précise-t-il.

Quoc Dinh Nguyen n’en tient pas rigueur à l’équipe de François Legault. « Je veux que les personnes âgées aillent mieux. Brûler des ponts, ça n’aide personne », mentionne-t-il au Devoir. « Je n’en garde pas un goût amer. Si on me demandait de reprendre le flambeau, je le reprendrais », poursuit-il, des idées plein la tête.

Suivez l'évolution de la COVID-19 au Québec

Consultez notre tableau de bord interactif.

Quoc Dinh Nguyen exhorte le gouvernement caquiste à créer un nouveau groupe, comité ou encore un « directeur du vieillissement » et à le placer à « l’intersection » de la santé publique, des soins médicaux et des soins aux personnes âgées. Sa « mission » consisterait, selon le Dr Nguyen, à « réfléchir en tout temps aux problématiques des personnes âgées », et ce, à travers une « lentille “aînés” ». « Je persiste à penser que d’avoir une voix plus forte pour les personnes âgées, ça va être utile pour la pandémie et, certainement, dans les prochaines années », soutient-il à l’autre bout du fil.

Décrit comme l’un des « meilleurs experts dans le domaine », Quoc Dinh Nguyen s’était retrouvé, le vendredi 10 avril, sur le siège occupé habituellement par François Legault, entre Danielle McCann et Marguerite Blais dans la salle de presse du Parlement.

Il est venu « appuyer [les] efforts et les rendre encore plus efficaces pour sauver des vies », s’était réjouie Mme Blais. « On avait été appelé là. Il y avait un besoin d’avoir un regard “très aîné” [dans la lutte contre] cette pandémie », relate le Dr Nguyen, avant d’ajouter : « Il y a encore ce besoin-là. »

Christian Dubé avait remercié par écrit, durant l’été, chacun des membres du comité-conseil, y compris Quoc Dinh Nguyen, se disant « très reconnaissant de l’énergie et du temps » qu’ils ont investis.

À voir en vidéo

2 commentaires
  • Murielle Villeneuve - Abonnée 25 septembre 2020 07 h 47

    Un "directeur du vieillissement"

    Excellente idée que d'avoir une personne qui analyserait les situations, les problèmes, les lois et règlements, sous l'angle des aînés et qui ferait des recommandations. Encore faut-il que cette personne ait du pouvoir (plus qu'une ministre des Aînés?)! Des expériences récentes: une résidence privée pour aînés (137 résidents dont 99 ont plus de 85 ans) qui passe du staut de résidence privée pour personnes semi-autonomes au statut de résidence pour personnes autonomes. Une clinique médicale qui demande 100$ pour remplir un court formulaire pour demande d'hébergement en CHSLD.

  • Sylvain Fortin - Abonné 25 septembre 2020 19 h 46

    Il y a beaucoup de gens qui tombent malade de la COVID et des milliers en sont décédés. Mais pas en nombre suffisant sinon le gouvernement Legault ne gouvernerait pas avec autant d'arrogance. Donc, la partie de la population qui n'a pas été touché à ce jour appuie le gouvernement Legault comme s'il était lui-même un ange-gardien...jusqu'à ce que cette population devienne atteinte à son tour.