CHSLD de Lambton: le ministre Dubé dit suivre la situation de près

L’établissement de Lambton est le seul CHSLD à être sur la liste rouge du gouvernement du Québec en raison d’un taux d’infection qui dépasse les 25%.
Photo: Marie-France Coallier Archives Le Devoir L’établissement de Lambton est le seul CHSLD à être sur la liste rouge du gouvernement du Québec en raison d’un taux d’infection qui dépasse les 25%.

Alors que le bilan ne cesse de s’alourdir au CHSLD de Lambton, en Estrie, le ministre de la Santé, Christian Dubé, tente de se faire rassurant, affirmant suivre la situation de très près.

Un nouveau cas de COVID-19 a été rapporté mardi au CHSLD de Lambton, portant désormais le total des personnes infectées à 35, selon le CIUSSS de l’Estrie. Ainsi, 19 des 29 patients sont infectés, de même que 17 des 40 employés. De ce nombre, 4 résidents sont rétablis et 4 autres sont malheureusement décédés.

L’établissement de Lambton est le seul CHSLD à être sur la liste rouge du gouvernement du Québec en raison d’un taux d’infection qui dépasse les 25 %. Quatre autres résidences privées sont considérées en « situation critique » et une vingtaine sont sous surveillance.

Suivez l'évolution de la COVID-19 au Québec

Consultez notre tableau de bord interactif.

Durant son point de presse quotidien, mardi, le ministre Dubé a insisté sur le fait que la deuxième vague était différente de la première et qu’elle ne frappe pas les mêmes milieux, tentant de se faire rassurant sur ce qui se passe dans les résidences pour personnes âgées. « Rappelez-vous, dans la première vague, on avait vraiment eu un impact malheureux dans les milieux de vie […] nos CHSLD et nos RPA (résidences pour aînés). En ce moment, on n’est pas là du tout. On n’est pas là, ce n’est vraiment pas là que ça se passe. »

Pourtant, il y a des éclosions, reconnaît-il. Or, il estime que c’est une « contagion communautaire » — employés ou visiteurs — qui est à la base des éclosions dans ces milieux de vie. « On s’assure que, dans tous les cas, le système de prévention et de contrôle des infections qu’on a mis en place avec un responsable local est fait. Parce qu’on peut avoir tout fait correctement. Est-ce que c’est dans la ventilation ? Est-ce que c’est quelque chose qu’on n’a pas vu qui se passe ? »

Lambton

Au CHSLD de Lambton, plus précisément, le ministre affirme avoir envoyé une équipe pour s’assurer que le système de prévention et de contrôle des infections a été suivi. « S’il a été respecté (le système de prévention et de contrôle des infections) et que les gens ont fait leur travail, bien, je n’ai pas d’enjeu avec ça parce que c’est sûr que le virus, il est virulent, il est sournois. Mais je veux m’assurer d’être capable d’avoir des équipes volantes. »

Selon le ministre, il est à peu près impossible d’éliminer tous les cas dans les milieux de vie des personnes âgées.

« Il va toujours y en avoir [des cas]. Mais je peux vous dire qu’à chaque fois qu’on a un cas, on s’assure que le système de prévention et de contrôle des infections a été suivi puis que, si malheureusement, on l’a échappé ou quelqu’un a fait la transmission, bien là, on s’assure qu’il y a des discussions qui sont faites avec ces gens-là. Mais il va y en avoir et je peux vous dire qu’on les suit tous de très, très proche. »

À voir en vidéo