Masque obligatoire dans les résidences pour aînés

Québec demande aussi aux RPA de tenir obligatoirement un registre pour la gestion des entrées et sorties des résidents ainsi que du personnel régulier.
Photo: Getty Images Québec demande aussi aux RPA de tenir obligatoirement un registre pour la gestion des entrées et sorties des résidents ainsi que du personnel régulier.

Les personnes âgées qui habitent dans des résidences privées pour aînés doivent désormais porter un couvre-visage lorsqu’elles se déplacent dans les corridors, les ascenseurs et les aires communes de leur établissement. Québec dit vouloir protéger les résidents de la COVID-19. Mais pour le Regroupement québécois de résidences privées pour aînés, il s’agit d’une mesure « démesurée ».

« Les résidents de Val-d’Or vont mettre des masques parce qu’il y a des cas à Thetford Mines ! » dit son président-directeur général Yves Desjardins.

La résidence Le Crystal, à Thetford Mines, lutte contre une importante éclosion depuis le 10 septembre. Mais la COVID-19 ne touche actuellement aucun établissement privé pour personnes âgées en Abitibi-Témiscamingue, selon le plus récent bilan du gouvernement, disponible en ligne. « 30 résidences sur 1780 ont des cas », précise Yves Desjardins.

Yves Desjardins déplore que le gouvernement Legault rende le port du masque obligatoire à l’extérieur des unités, dans toutes les résidences privées pour aînés (RPA) au Québec, sans tenir compte du niveau d’alerte de chaque région. « Ce n’est pas modulé, dit-il. On a des zones vertes, des zones jaunes. On en demande beaucoup aux aînés. »

En point de presse, le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé a reconnu que cette nouvelle restriction peut déplaire, mais qu’elle s’avère nécessaire pour limiter la transmission de la COVID-19 dans les RPA.

« Ce qui nous inquiète, à Montréal, on a beaucoup de résidences pour personnes âgées, et c’est là que la contagion communautaire peut rentrer, et c’est ça qu’il faut faire attention à Montréal comme partout ailleurs au Québec, mais particulièrement à Montréal », a précisé Christian Dubé.

Pour faciliter le traçage des cas, Québec demande aussi aux RPA de tenir obligatoirement un registre pour la gestion des entrées et sorties des résidents ainsi que du personnel régulier.

Dans une nouvelle directive ministérielle envoyée aux RPA, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) insiste également sur l’importance de bien nettoyer et désinfecter les boutons d’ascenseurs et les poignées de porte, entre autres. « Les surfaces fréquemment touchées dans les aires communes doivent être nettoyées et désinfectées plusieurs fois par jour, au minimum aux 2 à 4 heures », est-il indiqué.

Le Regroupement québécois de résidences privées pour aînés souligne que ses membres « appliquent les consignes du mieux possible ».

Le port obligatoire du couvre-visage risque toutefois de poser des défis, selon Yves Desjardins. « On n’a pas un employé chaque 20 pieds pour vérifier si les aînés le portent, dit-il. Les gens atteints de déficit cognitif, c’est extrêmement difficile de leur faire comprendre les mesures. »