Est-ce que le port de la visière convient dans les transports en commun?

En Bolivie, une femme porte masque et visière dans l'autobus.
Photo: Juan Karita Archives Agence France-Presse En Bolivie, une femme porte masque et visière dans l'autobus.

Le port de la visière seule n’équivaut pas à celui du masque, selon le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Ainsi, les citoyens qui portent seulement une visière ne peuvent utiliser les transports en commun depuis le 13 juillet. Et ils ne pourront pénétrer dans les lieux publics fermés à compter du 18 juillet.

 

« La visière n’offre pas une protection suffisante au niveau de la projection de gouttelettes. Il n’y a aucune étanchéité, donc les gouttelettes sont répandues dans l’air par les côtés ou en dessous de la visière », explique dans un courriel la porte-parole Marie-Louise Harvey.

 

Lundi, nous rapportions la demande d’un lecteur qui voulait savoir si le port de la visière seule était considéré comme suffisant pour se conformer à la nouvelle exigence de couvrir son visage dans les transports en commun. «Je suis incapable de respirer avec un masque sur ma bouche et sur mon nez», nous expliquait-il.

 

Selon la documentation gouvernementale, on exige le port du «couvre-visage, aussi appelé masque artisanal». Même si le règlement est déjà entré en application préliminaire dans les transports en commun, aucun décret ministériel n’en donnait officiellement le détail, mardi après-midi.
 



Ce texte a été mis à jour après publication.

À voir en vidéo