Les masques nombreux dans le métro lundi

Au cours des prochains jours, la STM procédera à la distribution massive de couvre-visages entre 15 h et 18 h dans plusieurs stations de son réseau.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Au cours des prochains jours, la STM procédera à la distribution massive de couvre-visages entre 15 h et 18 h dans plusieurs stations de son réseau.

Le masque est devenu obligatoire dans les transports en commun lundi, et les usagers semblent avoir entendu le message. À Montréal, la plupart d’entre eux en portaient dans le métro et les autobus à l’heure de pointe du matin, comme a pu le constater Le Devoir.

Au métro Papineau, des affichettes discrètes rappelaient la nouvelle obligation concernant le couvre-visage. Même si, à l’approche des tourniquets, aucun inspecteur ou employé n’était présent pour rappeler les consignes, la majorité des usagers portaient un masque en entrant dans la station.

Même scénario à la station Beaubien, Berri-UQAM et Place-des-Arts. « C’est important », croit Johane Michaud, croisée au métro Berri-UQAM. Elle et son conjoint ont toutefois constaté que, dans l’autobus qu’ils ont pris à partir de Sainte-Thérèse, la discipline des usagers laissait à désirer. « La moitié des personnes dans l’autobus ne portaient pas de masque. Il y a beaucoup de gens qui ne comprennent pas ce qu’est le virus. »

Plusieurs passagers circulaient toutefois à visage découvert. « Je ne trouve pas que c’est nécessaire. Ça ne changera rien que j’en porte un ou non », a expliqué Dasheline. Plus loin, Derek n’avait pas de masque non plus. Il en a sorti un immédiatement quand Le Devoir a abordé la question avec lui. « Je suis en faveur du masque. J’en ai un et je vais le mettre, mais c’est difficile de boire un café avec un masque », a-t-il fait valoir en montrant le café qu’il portait à la main.

Depuis lundi matin, le port du couvre-visage est obligatoire pour les usagers du transport en commun de 12 ans et plus partout au Québec. Ils bénéficient toutefois d’une période de grâce jusqu’au 27 juillet. Les sociétés de transport attendent encore l’arrêté ministériel qui doit encadrer l’application des nouvelles règles. D’ici là, plusieurs d’entre elles ont décidé de miser sur la sensibilisation des usagers et sur la distribution de couvre-visages pour ceux qui n’en auraient pas. Dans le métro et les autobus lundi, un message diffusé rappelait les consignes aux voyageurs.

Lorsqu’il avait annoncé que le couvre-visage serait obligatoire dans le transport collectif, le premier ministre avait précisé que, à partir du 27 juillet, les usagers sans masque ne pourraient avoir accès aux autobus et au métro. Il avait aussi fait savoir qu’aucune amende ne serait imposée aux contrevenants.

Vendredi dernier, la Société de transport de Montréal (STM) a indiqué qu’elle ne comptait pas exiger de ses chauffeurs qu’ils expulsent les passagers qui ne porteraient pas de masque ou qui le retireraient au cours du voyage. Elle avait aussi dit qu’elle ne refuserait pas l’accès à ceux qui auraient le visage découvert. « Ça peut être complexe d’appliquer une mesure semblable. C’est pour ça qu’il sera important de voir ce qui sera écrit dans le décret », avait souligné le président du conseil d’administration de la STM, Philippe Schnobb.

Au cours des prochains jours, la STM procédera à la distribution massive de couvre-visages entre 15 h et 18 h dans plusieurs stations de son réseau. Jusqu’à maintenant, près de 300 000 masques ont été distribués dans le Grand Montréal, a précisé l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM). Un total de 1,5 million de couvre-visages réutilisables sera remis aux usagers d’ici la fin de l’été.

Le premier ministre François Legault doit par ailleurs annoncer lundi après-midi que le couvre-visage sera obligatoire dans tous les lieux publics fermés à compter du 18 juillet prochain.

À voir en vidéo