Des CIUSSS demeurent réticents au télétravail

Le CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal indique pour sa part que même s’il est encouragé, le télétravail n’est pas approprié pour toutes les tâches.
Photo: Getty Images Le CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal indique pour sa part que même s’il est encouragé, le télétravail n’est pas approprié pour toutes les tâches.

Des intervenants sociaux déplorent de devoir toujours se battre pour pouvoir faire du télétravail alors que c’est pourtant encouragé par le gouvernement. Les CLSC étant des lieux où vont et viennent des travailleurs de la santé, certains craignent de s’exposer inutilement au risque de contracter le virus et de le propager.

« C’est une majorité d’intervenants sociaux dans tout le Québec qui demande à faire du télétravail et les réponses des gestionnaires ne sont pas les mêmes que celles données dans les points de presse tous les jours », a dit Marjolaine Goudreau, présidente du RECIFS — l’association des intervenants et intervenantes sociales du Québec.

La consigne de favoriser le télétravail semble être à géométrie variable, déplore-t-elle. « On entend qu’on devrait permettre à ceux qui le peuvent de faire du télétravail, mais les travailleurs sociaux qui sont en contact avec nous nous donnent des réponses aussi variées qu’il y a d’établissements. Plus encore, on a l’impression qu’au sein d’un même établissement, il y a des politiques et des façons de faire très variées. »

Journées accordées à la pièce

Travailleuse sociale sur le territoire du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal, Isabelle (nom fictif) est en colère contre ses patrons qui ne la laissent pas travailler de chez elle. Pourtant, elle serait parfaitement fonctionnelle à distance, a-t-elle dit. « Une des consignes du moment, c’est de rester au travail. Elle est la même pour tous, c’est le mot d’ordre, que nous soyons à l’urgence ou au CLSC. Même si maintenant, notre équipe fait tout au téléphone. »

Pour elle, ce n’est pas tellement le fait de devoir être au bureau qui la met en colère, mais la rigidité du système et le manque de flexibilité.

À voir en vidéo

« La pandémie ne fait qu’accentuer les problèmes qui sont présents depuis l’existence des CIUSSS. Je pense que nos gestionnaires ont perdu la capacité de penser », a-t-elle constaté.

Un intervenant du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, qui veut garder l’anonymat, dénonce une situation similaire. Les journées de télétravail s’obtiennent aux compte-gouttes auprès des patrons. « La grande majorité est au travail, mais sinon, chaque journée est accordée à la pièce. Et chose certaine, le télétravail n’est pas généralisé. Chacun doit se battre avec son gestionnaire pour l’avoir », déplore-t-il, en ajoutant que 90 % de son travail peut se faire à la maison.

Il trouve dommage que cette demande soit vue comme une revendication syndicale. « On a l’impression que c’est négocié comme si c’était un nanane qu’on nous donnait. »

Selon lui, l’argument selon lequel il manquera de personnel pour gérer les crises ne tient pas la route. « On est des professionnels ! »

Au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, on soutient que les travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux sont des employés des services essentiels et que ceux et celles qui peuvent travailler sont « requis sur place ».

« La pandémie que nous vivons actuellement génère d’importantes détresses psychologiques. Les travailleurs sociaux sont donc essentiels aux mieux-être des citoyens que nous desservons », a déclaré le porte-parole, Christian Merciari. Le CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal indique pour sa part que même s’il est encouragé, le télétravail n’est pas approprié pour toutes les tâches.