Québec offre des primes allant jusqu’à 8 % de leur salaire aux employés de la santé

«Nous tenons à récompenser nos anges gardiens», a déclaré le président du Conseil du trésor, Christian Dubé.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne «Nous tenons à récompenser nos anges gardiens», a déclaré le président du Conseil du trésor, Christian Dubé.

Le gouvernement du Québec offre des primes salariales de 4 et 8 % au personnel de la santé qui combat la COVID-19 actuellement. La mesure devrait bénéficier à 269 000 personnes et sera rétroactive au 13 mars dernier.

« Nous tenons à récompenser nos anges gardiens », a déclaré le président du Conseil du trésor, Christian Dubé. Leurs efforts, a-t-il ajouté, sont « garants de notre victoire » contre le coronavirus.

   

Une première prime de 8 % du salaire sera versée aux 69 000 employés qui travaillent en première ligne dans les urgences, aux soins intensifs, dans les centres de confinement, les cliniques de dépistage et les CHSLD.

S’ajoute une seconde prime de reconnaissance de 4 % pour « tous les autres », soit environ 200 000 personnes, des techniciens en laboratoire aux infirmières du 811.

Ces hausses seront rétroactives au début de la crise du coronavirus, le 13 mars. Elles coûteront au gouvernement 287 millions de dollars.

La ministre de la Santé, Danielle McCann, a en outre confirmé une hausse de 4 $ l’heure pour les 34 000 préposés aux bénéficiaires qui travaillent dans les résidences privées pour personnes âgées. Pour ces personnes dont le salaire se limite souvent à 13 ou 14 $, cela permet presque d’égaler le salaire du réseau public qui oscille autour de 20 $ l’heure.

Les préposés aux bénéficiaires du réseau public font quant à eux partie du premier groupe de première ligne ayant droit à une hausse de 8 %, soit l’équivalent de 1,50 $ l’heure environ.