Québec se bat pour trouver de l’équipement médical

L’emploi d’équipements de protection individuelle s’est accru à un rythme soutenu depuis le début de la pandémie.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne L’emploi d’équipements de protection individuelle s’est accru à un rythme soutenu depuis le début de la pandémie.

Les États-Unis coupent l’herbe sous le pied des distributeurs québécois de matériel médical en payant au prix fort les masques, les blouses et les gants.

« Les Américains viennent de s’éveiller. Ils achètent tout, à double prix. Et en argent américain ! » lance le président d’Équipements Médi-Sécur, Marc Forget, à l’autre bout du fil. « Ça fait monter les enchères. »

Son entreprise attend des commandes de matériel de protection destiné à ses clients du secteur préhospitalier, dont des ambulanciers. Quand ? Quoi ? Combien ? Il l’ignore. « C’est une surprise tous les jours », répond-il.

Les équipements de protection — masques chirurgicaux ou de procédures, masques N-95, blouses et gants — pourraient manquer non pas dans trois jours, mais dans une semaine, a indiqué le premier ministre François Legault, mercredi, après avoir reçu des commandes de matériel.

L’emploi d’équipements de protection individuelle s’est accru à un rythme tel depuis le début de la pandémie que le ministère de la Santé évalue que « la consommation pour quatre semaines dans le réseau équivaut à ce qui est normalement consommé en une année ».

La rareté de matériel médical se fait aussi sentir dans les services de garde demeurés ouverts. Ceux-ci sont sur le point de manquer de gants et d’autres produits sanitaires, a constaté Le Devoir.

 

Q&R

À quel moment arrivera le pic de l’épidémie au Québec?

Est-ce qu’il va arriver dans deux semaines, dans un mois ? Honnêtement, là, c’est difficile de répondre à cette question- là », a déclaré le premier ministre.

« Ingénieux » et « créatifs »

Les responsables de l’approvisionnement dans le gouvernement font preuve d'« ingéniosité » et de « créativité » pour acquérir le matériel nécessaire pour prodiguer des soins aux personnes atteintes de la COVID-19 en toute sécurité, a fait remarquer M. Legault.

Ils court-circuitent sans gêne le processus d’octroi de contrats gouvernementaux depuis le début de l’état d’urgence sanitaire.

Déjà à la mi-février, le sous-ministre adjoint à la Santé, Luc Desbiens, autorisait la conclusion de « contrat[s] de gré à gré en urgence » afin de faire le plein de dizaines de milliers de masques, dont des N-95, peut-on lire dans des courriels rendus publics en vertu de la Loi d’accès aux documents publics.

Le haut fonctionnaire a aussi donné son feu vert à l’achat « d’équipements de protection individuelle, de fournitures médicales, de produits hygiéniques et de tout produit en lien avec [la] COVID-19, d’identifications unilingues anglaises ».

 
519
C’est le nombre de résidences pour aînés et de CHSLD dans lesquelles des cas d’infection à la COVID-19 ont été déclarés. Le quart des résidences du Québec sont ainsi touchées. «C’est ma grande inquiétude», a déclaré le premier ministre François Legault.

L’État québécois a aussi révisé ses pratiques « pour payer facilement » et « pour offrir le transport des marchandises [lui-] même », a mentionné M. Legault à la presse.

De son côté, le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, met à profit son carnet d’adresses. Il est notamment en discussion avec le détaillant Tristan, qui s’est lancé dans la production de visières lundi. L’entreprise, dont le siège social est basé à Montréal, étudie maintenant la possibilité de confectionner des blouses pour les professionnels de la santé.

À Ottawa, la vice-première ministre, Chrystia Freeland, a promis une livraison de masques au Québec d’ici deux jours. Ottawa n’a cependant pas précisé la quantité qui sera acheminée.

Le premier ministre Justin Trudeau a reconnu que le Canada doit se battre contre les autres pays qui tentent eux aussi de renflouer leur stock de matériel médical.

 


Le bilan des cas confirmés de COVID-19 est passé à 4611 mercredi, en hausse de 449 cas. Au total, 307 personnes sont hospitalisées. Le nombre de patients aux soins intensifs est stable, à 82. Deux nouvelles personnes sont mortes du coronavirus, portant le nombre total de décès à 33 au Québec

 

« C’est une situation problématique parce que tellement de pays dans le monde sont en train de courir après le même équipement », a-t-il affirmé.

Le chef du gouvernement s’est montré disposé à puiser dans la réserve fédérale d’équipement médical, en disant qu’elle « est là pour aider les Canadiens où ils en ont besoin ».

M. Trudeau a reconnu qu’il ne pouvait pas garantir que le pays ne vivra pas de pénuries. « Dans cette situation, on ne peut rien garantir », a-t-il précisé, avant d’ajouter : « On est en train de travailler extrêmement fort pour combler les différents besoins. »

Sa ministre de la Santé, Patty Hajdu, a reconnu qu’il était « probable » qu’on manque d’équipement. Car les gouvernements fédéraux ont sous-financé depuis des décennies la préparation du pays en matière de santé publique, a-t-elle déploré.

EN RÉSUMÉ

De nouvelles régions fermées

Québec déploie des points de contrôle policiers aux abords et à l’intérieur de quatre nouvelles régions: l’Outaouais, les Laurentides, Lanaudière et la Mauricie – Centre-du-Québec. La mesure « vise à limiter les déplacements non essentiels et, ainsi, à protéger la population quant à la COVID 19 », a fait savoir le gouvernement. Des exceptions sont prévues pour les parents d’enfants en garde partagée ou les personnes devant regagner leur résidence principale. Toute personne présentant des symptômes liés au virus sera cependant refoulée.


De l’équipement pour une semaine

Après avoir sonné l’alarme mardi à ce sujet, François Legault a annoncé avoir reçu des commandes de matériel médical qui permettront au Québec de tenir une semaine avant d’être confronté à des ruptures de stocks. «On s'est amélioré par rapport à hier puis on continue de travailler fort à essayer de confirmer des commandes», a-t-il assuré. Tant les masques N95 que les masques de procédures, les blouses et les gants pourraient manquer dans sept jours, a-t-il précisé.

5 commentaires
  • Hélène Gervais - Abonnée 2 avril 2020 05 h 55

    J'espère que ...

    Ça servira de leçon qu'on est jamais aussi bien servis que par soi-même

  • Yves Corbeil - Inscrit 2 avril 2020 07 h 46

    Quel sont vos conclusions de ce constat

    Quand ça va mal, le système avec ses traités de toutes sortes nous démontre ses contradictions. Y aura-t-il des poursuites suite à tout ce cafouillage international. Sommes-nous en harmonie avec les signataires ou en compétition quand la malédiction frappe.

    Les stocks se promènent, à quel rang sommes-nous dans la chaine d'alimentation. Est-ce décidé d'une certaine façon ou ça fonctionne autrement.

    https://theintercept.com/2020/04/01/coronavirus-medical-supplies-export/

    https://www.wmur.com/article/new-hampshire-company-oxygen-coronavirus/31934278

    D'autres attaches dans l'article du The Intercept

    Et si la mondialisation telle qu'ils l'ont structuré pour «leurs» besoins, ceux-là à qui ça profite vraiment beaucoup, est tout simplement un constat d'échec monumental.

    Il va y avoir plusieurs questions à répondre de ceux qui sont le plus touché par ce cafouillage meurtrier. Le peuple aura le droit de savoir et une révolution bureaucratique de nos appareils gouvernementaux inefficaces voir déficients devra être exiger par celui-ci, là ça va prendre du bon journalisme pour mener le dossier.

    Pour le moment, il faut s'assurer qu'il n'y ait pas de chèques en blanc accordé à ceux-là en place pour la suite qui va pas aller sur le contrat sociale. En attendant, qu'ils mènent le dossier du mieux qu'ils peuvent dans ce fouillis d'improvisations pathétiques. On le sait maintenant que personnes étaient prêts. «do your best» Je continue à supporter le PM du Québec, l'autre impossible.

  • Bernard LEIFFET - Abonné 2 avril 2020 07 h 49

    La grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf!

    Le Dominion est à l'agonie et des régions manquent ou vont manqer d'équipements pour lutter contre le coronavirus. C'est sans surprise que la réalité fait jour : le Dominion est fort en bouche pour se vanterd'être le meilleur du G7 mais sur le terrain c'est plutôt l'incertitude qui vient chasser la ritournelle : on va travailler fort et les courtes phrases clé à s'en déchirer les oreilles car tout ça est plein de vide et de parler sans arrêt du pays qui fait tout pour nous va nous faire pleurer des larmes de crocodiles!
    En fait, ce sont nos chers amis du sud, les Américains, leur président en tête, qui n'ont qu'à ruer dans les brancards pour s'accaparer le matériel nécessaire pour sauver leurs citoyens! Fort en gueule peut-être, mais dans la vie, en ce temps de guerre, il faut agir vite et non pas jouer au « Preacher » des temps anciens!
    À moins d'être insouciants, cette pandémie nous a montré combien la fédération actuelle ne vaut pas grand-chose et qu'il aurait été plus utile de compter sur nous-mêmes que de passer par un palier de frime! Le Québec n'a pas de sous-marin pour surveiller ses eaux, ceux du Dominion sont peur-être en train de couler sur place car trop vieux, comme le reste de la flotte. Il est bien tard pour essayer de colmater les brèches après toutes ces ces personnes décédées et en détresse!
    La Chine, si décriée à raison pour ses libertés civiles, a su profiter du momentum pour devenir un producteur de pièces essentielles que les pays capitalistes et mêmes socialistes avaient délaissé! Saurons-nous un jour faire preuve de plus de prévoyance et d'autosuffisance pour affronter nos ennemis ?

  • Robert Beauchamp - Abonné 2 avril 2020 09 h 33

    Le Far-West

    Les grands prédateurs de ce monde n'hésitent pas, en payant le prix fort, à faire dévier la marchandise qui ne leur est pas destinée rehaussant le niveau de corruption en pleine pandémie.C'est du vol à grande échelle, tout comme au temps du Far West, ou soit que l'on volait carrément les terres ou que l'on faisait des offres le fusil sur la tempe. Ils volent les autres, violent les consciences, faisant de la surenchère même entre eux. Trump vient de lâcher lousse la cavalerie légère à la Custer. Voilà la façon de se battre des AMARACAINS COMME Elvis Gratton les appelait. On assiste à du Far West à l'état pur. Il faut apprendre à se passer de tels amis. ils nous ignorent de toute façon.

    • Gilles Gagné - Abonné 2 avril 2020 18 h 44

      Je partage votre opinion, je me permets même de qualifier le comportement des américains comme étant du gansterisme. Ils sont revenu au temps d'Al Capone, il n'y aura rien à leur épreuve. Quand le PM dit que certains jouent du coude il est EXTRÈMEMENT poli.