Le Canada ferme ses frontières

La mairesse de Montréal, constatant qu’Ottawa semblait négliger d’informer adéquatement les voyageurs rentrant au pays, a dépêché hier à l’aéroport P.-E.-Trudeau une brigade de la santé publique, accompagnée de policiers du SPVM, pour combler ce vide.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La mairesse de Montréal, constatant qu’Ottawa semblait négliger d’informer adéquatement les voyageurs rentrant au pays, a dépêché hier à l’aéroport P.-E.-Trudeau une brigade de la santé publique, accompagnée de policiers du SPVM, pour combler ce vide.

Justin Trudeau passe à l’action et fait ce que François Legault lui demandait depuis déjà quelques jours : les frontières du Canada seront bientôt fermées à tous les touristes et autres visiteurs étrangers. Mais, signe qu’il veut préserver son bouillant voisin du sud, le premier ministre canadien exempte les citoyens américains de cette interdiction d’entrée, même si les cas de coronavirus émanant de voyageurs revenant du pays de Donald Trump se multiplient.

« Nous fermerons nos frontières à ceux qui ne sont pas citoyens ou résidents permanents », a déclaré M. Trudeau depuis le parterre de sa résidence de Rideau Cottage, où il est confiné depuis jeudi dernier parce que son épouse, Sophie Grégoire, a contracté la COVID-19. « Nous vous avons donné l’assurance qu’à mesure que la situation évoluerait, notre réponse évoluerait aussi. Alors que le virus continue de se propager, nous avons décidé de prendre des mesures plus agressives pour vous garder en sécurité », a fait valoir le premier ministre à l’intention des Canadiens, en reconnaissant que les mesures pouvaient sembler draconiennes, mais « qu’elles sauveront des vies ».

 

À compter de mercredi, les ressortissants étrangers ne seront plus autorisés à entrer au Canada. Seuls les équipages d’avions, les diplomates, les membres de la famille immédiate de citoyens canadiens (qui ne seraient pas eux-mêmes citoyens) ainsi que les citoyens américains seront exemptés de cette mesure.

Quant aux personnes qui séjournaient au Canada grâce à un permis de travail ou d’étude et qui se trouvent en ce moment à l’étranger, elles ont pour l’instant jusqu’à mercredi pour rentrer au pays.

Les autorités canadiennes resserrent en outre les règles en amont, puisque la santé des passagers souhaitant revenir au pays sera désormais évaluée avant leur départ de l’étranger. Les Canadiens qui manifesteraient des symptômes de la maladie ne seront pas autorisés à monter à bord des avions devant les ramener au pays. Ottawa promet de leur offrir une aide financière si tel est le cas — aide dont les détails seront précisés à une date ultérieure. Le gouvernement discute également avec les compagnies aériennes de l’éventualité de rapatrier des Canadiens qui seraient coincés à l’étranger, faute de vols commerciaux pour ou parce qu’ils présentent des symptômes et sont interdits de retour.

Et pas les États-Unis ?

Le gouvernement Trudeau se faisait sommer depuis quelques jours par le premier ministre du Québec, François Legault, et par le Bloc québécois de fermer les frontières canadiennes afin de freiner la propagation du coronavirus. Le Parti conservateur l’implorait pour sa part de refuser l’arrivée de vols en provenance des pays les plus touchés par la pandémie.

François Legault s’est dit « satisfait » de l’annonce fédérale, malgré que les États-Unis en soient exemptés, et a qualifié de « bonne précaution » la mise en quarantaine volontaire des voyageurs arrivés du sud de la frontière. Il y a déjà eu, au Québec et en Ontario notamment, des cas d’infection de personnes en provenance des États-Unis.

Les autorités fédérales ont cité la préservation des échanges commerciaux avec les États-Unis pour justifier le fait qu’ils soient les seuls exemptés de la fermeture des frontières canadiennes. « Nous reconnaissons que le niveau d’intégration de nos deux économies et la coordination que nous avons eue dernièrement placent les États-Unis dans une catégorie à part du reste du monde. Mais nous continuerons de nous coordonner avec les États-Unis et d’analyser les prochaines étapes et les mesures devant être prises », a fait valoir M. Trudeau, en reconnaissant qu’il n’excluait pas de fermer éventuellement la frontière aux Américains aussi.

Sa ministre de la Santé, Patty Hajdu, a renchéri en affirmant que les chaînes d’approvisionnement des États-Unis et du Canada sont interdépendantes pour les biens essentiels, les médicaments et la nourriture que consomment les citoyens des deux pays. « Nous devons être prudents, afin que cela ne pose pas de risque pour la santé des Canadiens et des Américains, ce qui inclut le danger de manquer de biens essentiels. »

Le gouvernement n’a toutefois pas su expliquer pour quelle raison il lui était impossible de fermer la frontière aux visiteurs américains tout en la maintenant ouverte aux échanges commerciaux.

Les visiteurs américains seront bien contrôlés, a assuré le ministre des Transports, Marc Garneau. Tous devront remplir un questionnaire sur leur état de santé et confirmer qu’ils ont bien compris que le Canada leur demande de se placer en isolement pendant deux semaines à leur arrivée au pays. « Ils devront indiquer qu’ils ont reçu cette information avant de pouvoir quitter l’aéroport », a insisté le ministre. La mise en quarantaine n’est pas obligatoire, car cela nécessiterait que des responsables de la santé et de la sécurité publique fassent appliquer la mesure, a expliqué M. Trudeau.

Le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, a ajouté que l’invitation faite par Ottawa et Washington à leurs citoyens d’annuler tout voyage non essentiel à l’étranger limitera le nombre d’arrivées au pays de ressortissants qui ne sont pas Canadiens.

Moins d’aéroports

Par ailleurs, comme Ottawa l’avait annoncé vendredi, les vols internationaux encore permis au Canada seront dirigés vers quatre aéroports seulement : ceux de Montréal, Toronto, Calgary et Vancouver.

Le ministre Blair a répondu aux inquiétudes de plusieurs, qui ont déploré que les douaniers ne rappellent pas systématiquement aux voyageurs l’obligation de se mettre en quarantaine en arrivant au pays. Ce sera désormais fait dans tous les cas, a-t-il assuré. Davantage d’agents des services frontaliers patrouilleront dans les aéroports, afin de détecter si certains voyageurs affichent des symptômes du coronavirus. Et des affiches d’information seront ajoutées dans tous les points d’entrée — autant aériens que terrestres.

Inquiète de voir plusieurs internautes rapporter n’avoir subi aucun contrôle à l’aéroport de Montréal, la mairesse Valérie Plante a dépêché lundi après-midi une équipe de professionnels en santé publique et des agents du service de police de la ville distribuer des dépliants afin d’informer les voyageurs de la nécessité de s’isoler durant deux semaines.

« Il est temps de rentrer chez vous », a réitéré Justin Trudeau à l’intention des Canadiens qui se trouvent toujours à l’étranger, tout en leur rappelant de se placer en quarantaine à leur retour.

Et pour ceux qui sont déjà sur place, la consigne est on ne peut plus claire : « Tous les Canadiens devraient rester chez eux. »

Avec Marie-Eve Cousineau et Mylène Crête

Franchement, je suis fier d’être Québécois aujourd’hui. On a eu 7000 personnes qui ont dit :  “moi, je suis prêt à aider” .


 
6 commentaires
  • Françoise Labelle - Abonnée 17 mars 2020 07 h 25

    Mesure rassurante à peu de frais

    Les touristes étrangers doivent sûrement affluer en cette époque de pandémie. Les USA sont un foyer d'infection important surtout qu'on comprend qu'ils manquent d'équipement et de personnel pour surveiller et contrôler ce canular démocrate.
    Les USA n'ont pas fermé leur frontière avec le Mexique, qui est moins touché et qui envisage de fermer lui-même sa frontière avec les USA. Quiconque veut entrer aux USA passera par le Mexique. Les raisons de l'exemption USA-Mexique sont économiques.
    Il me semble que c'est plutôt une mesure rassurante qui coûte peu.
    La seule autre raison envisageable serait d'endiguer les tentatives de profiter d'un système de santé canadien (communiste!) débordé. Là encore, les américains sans couverture seraient probablement les premiers clients.

  • Bernard LEIFFET - Abonné 17 mars 2020 08 h 16

    Un seul américain atteint du virus suffira pour contaminer le Dominion!

    Ce jeu n'en vaut pas la chandelle et Justin Trudeau devra répondre de ce geste inconcevable! Dire une chose d'un côté de la bouche tout en marmonnant d'un autre côté que les diplomates et les américains pourront entrer sans difficulté dans le Dominion! En mettant dans une courte phrase les américains au niveau des diplomates, l'astuce passe mal, et Monsieur Legault est probablement bien au courant que l'infiltration vers le nord par des américains aux douanes est synonyme de mettre une passoire pour filtrer le virus!
    Pire,à la radio, j'ai entendu ce matin que des élèves québécois et des enseignants, en visite au Sénégal, de la Commision scolaire de Saint-Hyacinthe, sont bloqués sur place. Ils n'ont reçu aucun retour de leur demande au ministère des Affaires étrangères du Dominion! J'ai connu avec ma famille ce même genre de réponse après avoir été attaqués au Mexique! Jj'ose croire qu'ils seront rapatriés rapidement! Au moins au Québec on a l'assurance d'être entendu et c'est dans de telles situations que l'on peut souhaiter vouloir vivre dans notre pays et non pas être subordonné à un gouvernement de façade!

  • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 17 mars 2020 09 h 31

    Privilège américain scandaleux

    Que n'importe quel américain puisse bénéficier d'un tel privilège m'apparaît scandaleux, surtout quand on connait leur système de santé où près de 40 millions de personnes n'ont aucune couverture d'assurance.

    Cette décision fédérale affaiblit considérablement les efforts que les provinces font pour gérer cette pandémie.

  • Yves Corbeil - Inscrit 17 mars 2020 09 h 46

    Sérieux, regarder la photo et hier toutes les nouvelles

    Les gens de la sécurité civile recoivent tous ces voyageurs potentiellement (...) et le personnel des médias les interviews, tous a visage découvert avec des contacts corps à corps. J'hallucine ou personnes n'a rien compris sur les façons de propager l'infection virale.

    Dans un autre reportage, on nous montre l'habillement de ceux qui font et analysent les test puis ici on nous montre ceux qui recoivent ceux qui devront potentiellement recevoir ces tests. L'écart de précautions est OUF!

  • William Dufort - Abonné 17 mars 2020 09 h 51

    Les Américains

    C'est vrai que les marchandises doivent continuer à entrer au pays, surtout la nourriture , les médicaments et l'équipement médical. C'est également vrai qu'aussi mentallement instable soit-il, Donald Trump demeure l'homme le plus puissant de la planète et peut infliger bien du dommage à quiconque le contrarie. Mais les États-Unis demeurent un foyer d'infection important, notamment à Seattle, tout près de la Colombie-Britannique.

    Et qu'est-ce qu'ils vont venir faire au Canada, ces touristes américains, s'ils respectent la consigne de se mettre en quarantaine pour 14 jours? C'est simple, ils vont tous tricher. Ils ne la respecteront pas car personne ne vient dans un pays étranger pour se mettre en quarantaine pendant deux semaines. Et ceux qui sont infectés vont disséminer le virus ici.

    M. Trudeau, révisez cette directive sans délai, quitte à convaincre M. Trump que c'est lui qui a eu cette bonne idée de fermer les frontières aux touristes.