Le monde n’est «pas prêt» à faire face à une pandémie, croit l’OMS

Des soldats de l'armée italienne portant un masque contrôlaient le transit routier à destination et en provenance de zones bouclées près de Turano Lodigiano, dans le nord de l'Italie, mardi. Près de 300 personnes auraient à ce jour été contaminées, selon un bilan récent.
Photo: Claudio Furlan Lapresse via Associated Press Des soldats de l'armée italienne portant un masque contrôlaient le transit routier à destination et en provenance de zones bouclées près de Turano Lodigiano, dans le nord de l'Italie, mardi. Près de 300 personnes auraient à ce jour été contaminées, selon un bilan récent.

Le nouveau coronavirus a poursuivi mardi ses ravages à travers le monde qui, selon un expert de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « n’est tout simplement pas prêt à y faire face ».

L’épidémie apparue en décembre dans le centre de la Chine a déjà atteint un pic dans ce pays, où elle a contaminé quelque 78 000 personnes dont 2700 sont mortes, selon l’OMS. Elle touche de plus en plus de pays, y compris en Europe et concerne désormais plus d’une trentaine d’États où elle a fait plus de 40 morts et 2500 contaminations.

Le monde n’est « tout simplement pas prêt » à y faire face, a averti mardi Bruce Aylward, l’expert qui dirige la mission conjointe OMS/Chine, de retour de Pékin. « Vous devez être prêt à gérer cela à une plus grande échelle, et cela doit être fait rapidement », a-t-il ajouté, saluant en revanche le travail d’endiguement de la maladie réalisé par Pékin.

Aux États-Unis, les autorités sanitaires ont dit mardi s’attendre à une propagation de l’épidémie de nouveau coronavirus sur leur territoire, encourageant les écoles, les entreprises et les gouvernements locaux à envisager des mesures de précaution comme l’annulation d’événements publics. « La question n’est plus vraiment de savoir si cela va arriver, mais plutôt quand est-ce que cela va arriver, et combien de personnes dans ce pays tomberont gravement malades », a affirmé Nancy Messonnier, une responsable des Centres de contrôle et de prévention des maladies américains.

 
2700
C’est le nombre approximatif de personnes qui seraient mortes du COVID-19 en Chine sur les 78 000 cas recensés au pays, selon les plus récents bilans divulgués

En Europe, l’Italie est le pays européen le plus touché par le nouveau coronavirus avec 7 morts et près de 300 personnes contaminées. Trois nouvelles régions italiennes, la Toscane, la Sicile et la Ligurie ont recensé des contaminations, a annoncé mardi la Protection civile.

Tous les pays voisins de l’Italie « se sont engagés à garder ouvertes leurs frontières, car les fermer serait une erreur et serait disproportionné », lors d’une réunion ministérielle à Rome entre Italie, France, Suisse, Autriche, Slovénie, Croatie, à laquelle étaient également présentes l’Allemagne et l’Union européenne. Ils ont aussi décidé d’« évaluer au cas par cas » l’éventuelle annulation d’événements majeurs, selon un communiqué commun.

Un premier cas en Suisse

L’Autriche a annoncé deux premiers cas de coronavirus dans la région du Tyrol, frontalière de l’Italie.

La Suisse a également annoncé un premier cas dans une région proche de l’Italie, tandis qu’en Croatie, un jeune homme revenu récemment d’Italie a été contaminé, premier cas connu dans les Balkans.

La France et l’Allemagne ont de leur côté chacune annoncé deux nouveaux cas.

Les autorités algériennes ont annoncé un premier cas de nouveau coronavirus en Algérie, un Italien arrivé au pays le 17 février. Le seul cas confirmé de maladie en Afrique avait été jusqu’à présent recensé en Égypte.

Nouveaux décès en Iran

En Iran, la mission d’une équipe d’experts de l’OMS a été retardée, mais reste prévue. Téhéran a annoncé mardi trois nouveaux décès, portant son bilan à 12 morts, le plus lourd en dehors de la Chine. Plusieurs pays de la région ont annoncé des cas de contamination chez des personnes de retour d’Iran.

En Corée du Sud, le nombre de contaminations a encore bondi pour atteindre plus de 1100 cas. Le pays, qui compte désormais 11 morts, est ainsi le premier foyer mondial de contamination après son voisin chinois.

Le Japon a annoncé le décès d’un quatrième passager issu du paquebot Diamond Princess où près de 700 personnes ont été contaminées.

En Chine, où le nouveau coronavirus est apparu en décembre à Wuhan, le pays a enregistré 71 nouveaux décès en 24 heures, soit le chiffre le plus bas depuis près de trois semaines.

Liaisons aériennes suspendues à partir du Canada

Air Canada a annoncé mardi qu’elle prolongeait la suspension de ses vols vers Pékin et Shanghai jusqu’au 10 avril. Par ailleurs, l’entreprise a indiqué qu’elle prolongerait la suspension de ses vols quotidiens sans escale entre Toronto et Hong Kong jusqu’au 30 avril en raison de « la demande en baisse du marché ». Les clients qui avaient réservé des vols entre Toronto et Hong Kong seront transférés sur les vols quotidiens sans escale d’Air Canada entre Vancouver et Hong Kong.

De leur côté, les autorités fédérales de la santé publique ont libéré, après deux semaines d’observation, les 195 derniers Canadiens et leurs proches qui avaient été rapatriés de Wuhan. Tous les évacués avaient été mis en quarantaine pendant 14 jours à la base militaire de Trenton, en Ontario.

La Presse canadienne