Le pipeline vers l’aéroport Trudeau fermé d’urgence

L’arrêt du transport de kérosène sur le pipeline Trans-Nord oblige la Corporation internationale d’avitaillement de Montréal (CIAM) à se tourner rapidement vers d’autres moyens pour alimenter l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau.
Photo: Corporation internationale d'avitaillement de Montréal L’arrêt du transport de kérosène sur le pipeline Trans-Nord oblige la Corporation internationale d’avitaillement de Montréal (CIAM) à se tourner rapidement vers d’autres moyens pour alimenter l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau.

L’entreprise Pipeline Trans-Nord a décidé de fermer temporairement son pipeline qui alimente l’aéroport de Montréal en carburant d’avion, a appris Le Devoir. L’arrêt du flux de kérosène dans ce tuyau, qui a connu de sérieux problèmes, est nécessaire pour mener des travaux d’urgence. Cette situation entraînera aussi une augmentation du transport de carburant par camions sur les routes de la région de Montréal.

Selon les informations obtenues auprès de différentes sources, l’entreprise qui exploite le pipeline Trans-Nord, construit principalement en 1952, a choisi de stopper le transport de kérosène après avoir obtenu de nouvelles données sur « l’intégrité » de la conduite qui achemine du carburant jusqu’à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau.

Ce tronçon de tuyau, qui passe par le territoire de Laval, la rivière des Prairies, une portion de l’arrondissement Saint-Laurent et enfin Dorval, n’aurait pas connu de « fuite », selon Pipeline Trans-Nord.

Image: Source Pipelines Trans-Nord

L’entreprise a toutefois prévenu plusieurs intervenants qu’elle mènerait des travaux d’« excavation » afin d’inspecter directement son pipeline. Selon les informations confirmées au Devoir par différentes sources, elle aurait même demandé des « permis d’urgence » afin que les travaux puissent débuter « le plus rapidement possible ».

L’Office national de l’énergie (ONE), l’organisme fédéral qui réglemente les pipelines au Canada, a confirmé que cet « arrêt préventif » lui a été communiqué le 3 août.

« La société procède présentement à des fouilles d’intégrité et à des travaux de maintenance sur quelques sections du pipeline », a précisé son porte-parole, Marc Drolet. Il n’a toutefois pas été possible de savoir lundi à quels endroits précis doivent avoir lieu les travaux. M. Drolet a simplement souligné que « six sites » seraient concernés sur le tronçon fermé.

La porte-parole de la Ville de Laval, Véronik Aubry, a indiqué pour sa part que la Ville a été mise au fait de « travaux d’inspection et de réparation » prévus à au moins deux endroits. Dans un des cas, l’entreprise a d’ailleurs dû obtenir une autorisation du gouvernement du Québec en vertu des dispositions de la Loi sur la qualité de l’environnement. Selon ce qu’a précisé Mme Aubry, ces travaux doivent en effet être menés dans une zone inondable de la rivière des Mille-Îles, mais aussi dans un secteur marécageux.

Le responsable des communications de l’arrondissement Saint-Laurent, Paul Lanctôt, a lui aussi dit avoir été mis au fait de travaux possiblement prévus sur le territoire de l’arrondissement. Il n’a cependant pas été en mesure de donner davantage de précisions à ce sujet lundi. Pipeline Trans-Nord n’a pour sa part pas répondu aux questions du Devoir.

Camions-citernes

L’arrêt du transport de kérosène sur le pipeline Trans-Nord oblige la Corporation internationale d’avitaillement de Montréal (CIAM) à se tourner rapidement vers d’autres moyens pour alimenter l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau.

Il faut dire que le pipeline a une capacité de transport de 27,5 millions de litres par jour, soit plus de 172 000 barils. Cela est nettement suffisant pour alimenter l’aéroport, où la consommation quotidienne moyenne est de 3,9 millions de litres, selon les données fournies lundi par la porte-parole de la CIAM, Eva Falk Pedersen.

Or, sans ce pipeline, la réponse aux besoins des avions qui atterrissent à Montréal passe obligatoirement par une croissance marquée du transport de kérosène sur les routes du Québec. « Lorsqu’une situation empêche l’approvisionnement par pipeline, l’approvisionnement en carburant se fait par camion-citerne afin d’assurer la continuité des opérations de l’aéroport », a d’ailleurs expliqué Eva Falk Pedersen.

En se basant sur le volume moyen de kérosène qui peut être transporté dans un camion-citerne, ce sont donc entre 112 et 260 camions qui seront nécessaires chaque jour pour répondre aux besoins des transporteurs aériens. Ces camions, qui circuleront sur le réseau routier montréalais, proviennent d’Ontario, mais aussi du Québec, notamment du Port de Québec.

Pipeline vétuste

Ce n’est pas la première fois que le pipeline Trans-Nord, âgé de 65 ans, connaît des problèmes. Il est responsable à lui seul de 6 des 13 incidents liés aux pipelines au Québec répertoriés par l’Office national de l’énergie depuis 2008. Selon des données comptabilisées par Équiterre, il y aurait même eu « 83 incidents sur ce pipeline depuis 2004, dont 35 au Québec ». Il est notamment à l’origine d’un déversement de plus de 14 000 litres survenu près de la rivière des Prairies en 2010.

En septembre 2017, Trans-Nord avait également annoncé son intention de remplacer une portion de 500 mètres de conduite en raison de l’érosion de celle-ci. Et selon les notifications de l’entreprise disponibles sur le site de l’ONE, au moins quatre portions du pipeline situées dans la région de Montréal doivent faire l’objet d’une inspection d’« intégrité » et possiblement de travaux de réparation uniquement cette année. Ces notifications ne comprennent pas les travaux prévus sur le tronçon qui vient d’être fermé.

Tous ces problèmes surviennent alors que la CIAM entend construire, à Montréal-Est, un terminal maritime pour recevoir du carburant d’avion. De là, le kérosène pourra être transporté par convois ferroviaires (7300 à 10 950 wagons-citernes par année), par camions ou par barges pour alimenter les aéroports d’Ottawa et de Toronto.

L’objectif est aussi d’alimenter l’aéroport de Montréal en utilisant le pipeline Trans-Nord. Cette conduite, qui part de Montréal-Est, traverse Montréal-Nord, puis la rivière des Prairies, une partie de Laval d’est en ouest avant de redescendre vers le sud, de retraverser la rivière des Prairies, puis de rejoindre l’aéroport. Vers l’ouest, ce pipeline traverse la rivière des Mille-Îles et celle des Outaouais.

3 commentaires
  • Gilbert Talbot - Abonné 7 août 2018 08 h 21

    Encore!

    Combien de déversements par année faudra-t-il subir avant que les gouvernements et les compagnies comprennent que le temps est venu de se tourner vers des moyens de transport du pétrole et du gaz plus sécuritaire pour les populations et les territoires que ces pipelines traversent. Ici, Trans-Nord agit d'urgence mais sans nous dire exactement ce qu'il en est avec son pipeline. Est-ce normal de taire ainsi des problèmes qui menacent notre sécurité?

    • Louise Collette - Abonnée 7 août 2018 08 h 33

      Ça fait peur ça...

  • Serge Lamarche - Abonné 7 août 2018 14 h 37

    Pas super, ces tuyaux

    Comment est-ce possible que des tuyaux puissent toujours faillir? L'ingenierie pipelinière n'est pas plus au point que la ferroviaire.