Une baleine à bosse empêtrée dans des casiers à homard en Gaspésie

Les baleines à bosse fréquentent assidûment la zone située au large de Gaspé, un secteur ciblé pour la création d'une aire marine protégée.
Photo: Alexandre Shields Achives Le Devoir Les baleines à bosse fréquentent assidûment la zone située au large de Gaspé, un secteur ciblé pour la création d'une aire marine protégée.

Tandis que le gouvernement fédéral surveille étroitement les zones de pêches pour éviter les mortalités de baleines noires, une baleine à bosse a été vue empêtrée dans un engin de pêche au homard au cours de la fin de la semaine, dans le secteur de Gaspé. Mais on a depuis perdu sa trace.

Pêches et Océans Canada a confirmé au Devoir être intervenu samedi sur ce cas de baleine à bosse, signalé dans un premier temps par des témoins qui ont filmé l’animal dans la baie de Gaspé. « Des agents ont constaté l’empêtrement dans des casiers à homard », a-t-on précisé.

Le ministère a par la suite effectué un survol du secteur, mais sans revoir la baleine qui traînait les casiers. L’animal a ensuite été revu dimanche. « Les agents des pêches n’ont pas été en mesure de voir si elle avait encore des cordages. Elle nageait toutefois librement à la fin de leur observation. Elle semble fatiguée et porte des marques sur la queue », a expliqué Pêches et Océans, dans une réponse écrite.

« Pour le moment, aucune autre action n’est entreprise en lien avec cet empêtrement », a aussi indiqué le ministère. Si une opération de sauvetage était nécessaire, Pêches et Océans devrait faire venir une équipe spécialisée qui est basée dans les Maritimes. Des équipes existent à Terre-Neuve, mais aussi au Nouveau-Brunswick. Leur éventuelle intervention est décidée au cas par cas.

Aucune équipe

Même si les baleines sont nombreuses à fréquenter les eaux québécoises et qu’elles font vivre toute une industrie touristique, il n’existe en effet ici aucune équipe en mesure d’intervenir pour leur venir en aide si elles se retrouvent empêtrées dans des engins de pêche.

Même au cœur du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, créé en bonne partie pour protéger l’habitat des cétacés, aucune personne n’est en mesure de libérer des animaux.

Ce cas de baleine à bosse empêtrée signalé à Pêches Océans survient après un autre cas, survenu en octobre 2017 au large de Sept-Îles. Cette baleine à bosse n’avait pas non plus été retrouvée par Pêches et Océans Canada, malgré des patrouilles effectuées dans le secteur.

Les baleines à bosse fréquentent assidûment les eaux du Saint-Laurent. Un total de 121 individus ont été recensés par l’équipe de la Station de recherche des îles Mingan en 2017. Elles sont notamment aperçues tout au long de l’été au large de la pointe de la péninsule gaspésienne, dans un secteur ciblé pour la création d’une zone de protection marine, celle du Banc des Américains.