La faune marine du golfe du Mexique a été scrutée juste avant la marée noire

Le poisson-ange royal fait partie des 15 000 espèces marines du golfe du Mexique. La faune marine de la région a fait l’objet d’une étude scientifique juste avant le naufrage de la plateforme pétrolière. <br />
Photo: G. Haralson Le poisson-ange royal fait partie des 15 000 espèces marines du golfe du Mexique. La faune marine de la région a fait l’objet d’une étude scientifique juste avant le naufrage de la plateforme pétrolière.

Washington — Le golfe du Mexique, théâtre de la pire catastrophe écologique de l'histoire américaine avec la marée noire, a fait l'objet d'une étude scientifique de sa faune marine juste avant le naufrage de la plateforme pétrolière, ont indiqué des scientifiques hier.

Ce travail scientifique aura le mérite de permettre de mieux juger plus tard l'impact de la catastrophe, estiment les spécialistes qui ont participé au vaste projet de recensement de la vie marine (Census of Marine Life), un projet international dont les premières conclusions ont été publiées hier.

La région du golfe du Mexique s'avère être une des plus riches en matière de biodiversité avec plus de 15 000 espèces marines, mais aussi une des plus menacées.

Avant même l'explosion de la plateforme pétrolière le 20 avril, et comme d'autres mers fermées ou presque — telles la mer Baltique, la Méditerranée ou la mer des Caraïbes —, le golfe du Mexique est une des régions les plus menacées dans la richesse de sa faune, estiment les experts du projet Census of Marine Life. La surpêche, la destruction de l'habitat, les changements climatiques et la pollution sont montrés du doigt.

«Nous avions une excellente équipe de scientifiques du Mexique, des États-Unis et de Cuba qui ont travaillé sur le golfe du Mexique et nous avons réalisé la première nomenclature des espèces qui fera foi pour la région», a affirmé, dans un entretien à l'AFP, un des fondateurs de ce projet scientifique long de 10 ans, Jesse Ausubel.

«Nous avons même décrit exactement la zone où se trouve actuellement la marée noire. On a fait une liste de 8332 espèces observées à cet endroit», affirme ce scientifique.

«La marée noire nous a rendus très tristes, mais nous sommes contents d'avoir pu faire une bonne description des espèces vivantes avant la catastrophe», a-t-il encore noté.

Reproduction menacée

Avec les millions de litres de brut qui se sont déversés dans le golfe, cet expert craint particulièrement pour certaines espèces qui se reproduisent dans la zone de l'exploitation pétrolière: «Le golfe du Mexique est le berceau de la reproduction du thon rouge en mars-avril. Une des craintes est que les oeufs de ces poissons soient englués de pétrole et ne trouvent plus assez d'oxygène pour se développer», ajoute M. Ausubel.

«C'est une histoire tragique», se désole Patricia Miloslavich, une autre scientifique du Census of Marine Life qui a étudié la région.

«Avant la marée noire, nous étions si heureux d'avoir terminé de répertorier sa biodiversité avec une centaine de taxinomistes, nous étions fiers. Et puis il y a eu le choc de la marée noire», ajoute cette professeure de l'Université Simon-Bolivar au Venezuela.

«La seule chose positive, c'est que désormais, on a des données de référence, on pourra évaluer les dommages et les changements dus à la marée noire», note-t-elle.

Le golfe du Mexique, qui s'étend sur 1,5 million de km2, du delta du Mississippi à la péninsule du Yucatan au Mexique, et qui est à l'origine de la formation d'un des plus puissants courants des océans, le Gulf Stream, compte 15 419 espèces marines, dont 11 150 animaux. Dans ces eaux, qui peuvent aller jusqu'à 3800 m de profondeur, les espèces de crustacés sont les plus nombreuses (2579), suivies par les mollusques (2455) et les poissons (1541).
1 commentaire
  • P. Boutet - Inscrit 3 août 2010 23 h 25

    Montrez-nous ça!

    Il doit bien y avoir un bon film à faire avec les images qui ont été prises lors de cette recherche?