Une nouvelle plateforme pour promouvoir la science en français

Ludivine Maggi Collaboration spéciale
L’AUF et l’Acfas renforcent leur collaboration dans le domaine de la diffusion des savoirs.
Photo: iStock L’AUF et l’Acfas renforcent leur collaboration dans le domaine de la diffusion des savoirs.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

« L’union fait la force », tel est l’adage qui pourrait le mieux qualifier le nouveau partenariat entre l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et l’Association francophone pour le savoir (Acfas). En effet, fortes, respectivement, de leur réseau d’enseignement supérieur ainsi que de leur expertise en divulgation de recherche scientifique, l’AUF et l’Acfas ont décidé de rassembler leur énergie et de mutualiser leurs efforts en signant un nouvel accord de partenariat pour une coopération renforcée. Cette entente-cadre permettra de créer, entre autres, une nouvelle plateforme numérique consacrée à la vulgarisation scientifique, à la présentation et au rayonnement de la recherche en français.

L’annonce, faite à Paris le 20 novembre dernier lors d’une rencontre entre la directrice générale de l’Acfas, Hélène Drainville, et le recteur de l’AUF, Jean-Paul de Gaudemar, souligne le renforcement de la collaboration entre les deux organismes, notamment dans le domaine de la diffusion des savoirs.

Un objectif que n’a pas oublié de souligner M. de Gaudemar : « Grâce à cette nouvelle plateforme numérique, nous irons plus loin, en créant une passerelle permanente entre les publics et la recherche universitaire, un excellent moyen de tisser un dialogue et de susciter l’intérêt du public pour les sciences. »

L’AUF et l’Acfas, partenaires de longue date, n’en sont pas à leur première collaboration. Ils travaillent déjà de concert pour les finales internationales du concours Ma thèse en 180 secondes qui a permis à de nombreux pays de la Francophonie de s’associer et de prendre part à MT180, comme l’a rappelé Mme Drainville, qui est certaine que ce nouvel espace numérique convaincra les scientifiques de s’engager dans un dialogue entre sciences et société.