Aide financière: un comité recommande l'indexation

Dans un avis rendu public hier, le Comité consultatif sur l'accessibilité financière aux études (CCAFE) donne son aval à l'indexation des dépenses admises (logement, transport, nourriture) et à la majoration de montants pris en compte dans trois programmes d'aide financière aux études, dont le plus important, celui des Prêts et bourses. Mais il admet qu'il y a encore du chemin à faire et recommande au ministère de l'Éducation de notamment procéder à une indexation annuelle et automatique de certains montants.

L'indexation ne devrait pas être basée sur l'indice des prix à la consommation (IPC) pour le Québec, qui est un taux prévisionnel qui ne permet pas de garantir le plein maintien du niveau de vie. «Le [Comité] s'inquiète des effets à long terme que cela peut avoir chez les bénéficiaires de l'aide financière aux études pour les années où l'inflation réelle dépasse la prévision», a indiqué le CCAFE. Idem pour le montant d'exemption de la pension alimentaire reçue par l'étudiant, qui n'est pas indexée annuellement.

La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) et son homologue au collégial appuient les conclusions du CCAFE, mais estiment que le gouvernement n'a fait là que «le strict minimum». Les deux fédérations rappellent qu'il y a du retard en matière d'indexation, puisque par deux fois, dans les années 1990 et dans les années 2000, les montants n'avaient pas été indexés sur plusieurs années. Le CCAFE estime d'ailleurs ce manque à gagner à plus de 65 millions.

L'avis été préparé à la demande de la ministre de l'Éducation, conformément à l'obligation qui lui est faite de consulter le Comité lorsque le Règlement sur l'aide financière aux études est l'objet de changements.
1 commentaire
  • Mario Plourde - Inscrit 16 septembre 2011 01 h 23

    étudier ? Charest ne met pas en danger notre avenir collectif ?

    3½ près d'une université à Montréal : 900$/mois
    épicerie : 100$/semaine
    Internet : 40$/mois
    Hydro : 70$/mois

    et avec le laissé aller de l'État les logements augmentent anormalement à chaque changement de locataire (à chaque été pour les étudiants)..