La jeunesse comme «bougie d’allumage» à la Fondation CHU Sainte-Justine

Martine Letarte
Collaboration spéciale
Les deux porte-paroles de la campagne, Catherine Brunet et Pascal Morrissette
Photo: Fondation CHU Sainte-Justine Les deux porte-paroles de la campagne, Catherine Brunet et Pascal Morrissette

Ce texte fait partie du cahier spécial Philanthropie

Le Grand sapin de Sainte-Justine a pour mission d’illuminer, grâce à la générosité des Québécois, la vie des enfants et des familles contraints de passer la période des Fêtes au CHU Sainte-Justine. Sa campagne de financement donne une mission bien spéciale aux élèves des écoles privées puisque c’est à eux que revient la tâche de faire briller la base de ce grand sapin à coups de 5 $ par bougie. Pour donner le coup d’envoi à cette campagne, les efforts des étudiants au baccalauréat en administration des affaires de HEC Montréal sont par ailleurs à souligner puisqu’ils ont amassé pas moins de 132 000 $, ce qui permet d’allumer 26 400 bougies.

Catherine Brunet, comédienne chouchou des jeunes depuis sa présence dans la série Le chalet, diffusée à Vrak TV, et Pascal Morrissette, animateur jeunesse qu’on voit notamment dans Cochon dingue, à Télé-Québec, sont les visages de cette campagne pour motiver les jeunes à s’impliquer. Ils ont accepté de répondre aux questions de l’équipe des publications spéciales du Devoir.

Pourquoi avoir accepté d’être les visages de la campagne le Grand sapin jeunesse de Sainte-Justine ?

Pascal Morrissette (PM) : Voir des jeunes se mobiliser pour d’autres jeunes, c’est ce qui m’a touché. Dans la vie, mon cheval de bataille, c’est d’aider la jeunesse. Puis, j’ai déjà visité des enfants au CHU Sainte-Justine et j’ai trouvé l’endroit inspirant. J’ai beaucoup d’énergie dans la vie, donc tant mieux si je peux m’en servir pour devenir une bougie d’allumage pour les jeunes. Et si notre jeunesse arrive à illuminer la base du sapin, le reste de la société peut se charger d’allumer ce qui se trouve au-dessus en contribuant à son tour !

Catherine Brunet (CB) : Personne ne peut ne pas être touché par les enfants qui sont à Sainte-Justine. Lorsqu’on m’a approchée l’an dernier, en pleine COVID alors que j’avais moi-même des gens malades dans ma famille, je savais très bien à quel point l’isolement créé par la pandémie a rendu les choses encore plus difficiles pour ceux qui reçoivent des soins à l’hôpital. Je trouve qu’illuminer un sapin est un geste tellement simple et beau : il y a quelque chose de magique là-dedans.

Comment voyez-vous votre impact chez les jeunes ?

 

PM : L’an dernier, on souhaitait réussir à allumer 50 000 bougies et on en a eu 100 000. Ç’a vraiment bien fonctionné. En étant présents sur les réseaux sociaux, avec Catherine, nous mettons la cause en lumière. Nous motivons les jeunes, mais ensuite, ils partent amasser de l’argent auprès de leurs proches ou sur le Web.

CB : J’ai toujours voulu donner d’une manière ou d’une autre. Lorsqu’on fait un métier public, on a beaucoup de reconnaissance, beaucoup d’amour. C’est le fun, mais souvent, on sent que cette notoriété ne sert à rien. J’essaye de l’utiliser pour faire le bien autour de moi. Je fais de mon mieux pour faire une différence, mais ce sont surtout les jeunes qui font un travail extraordinaire avec le Grand sapin jeunesse de Sainte-Justine. En plus de les amener à donner pour une belle cause, ce projet permet à des jeunes de découvrir la philanthropie et, qui sait, de créer les philanthropes du futur.

La Fondation en bref

L’implication des jeunes n’est pas nouvelle à la Fondation CHU Sainte-Justine. Entre 2007 et 2019, le Défi-jeunesse Sainte-Justine des écoles privées a permis d’amasser 7 millions de dollars. La Fondation CHU Sainte-Justine a organisé au fil des ans aussi plusieurs grandes campagnes de financement pour offrir aux enfants et aux mamans l’un des meilleurs niveaux de santé dans le monde. La dernière, Plus Mieux Guérir, s’est tenue de 2013 à 2018 pour permettre au CHU Sainte-Justine d’accélérer la recherche et de transformer les soins. Elle avait un objectif de 150 millions, et pas moins de 255 millions ont été recueillis auprès de 240 000 donateurs. En 1995, l’hôpital Sainte-Justine est devenu un centre hospitalier universitaire (CHU) mère-enfant : c’est le plus grand CHU mère-enfant au Canada. Il a six grands mandats : les soins spécialisés et ultraspécialisés, la recherche fondamentale et clinique en santé de la mère et de l’enfant, l’enseignement auprès des futurs professionnels de la santé et des intervenants du réseau, la promotion de la santé, l’évaluation des technologies et des modes d’intervention en santé, la réadaptation, l’adaptation et l’intégration sociale pour les enfants et les adolescents présentant une déficience motrice ou de langage. Il se déroule au CHU Sainte-Justine chaque année près de 3400 accouchements, 82 000 visites à l’urgence et 221 000 consultations externes.

 

À voir en vidéo