L’enquête sur le major général Dany Fortin renvoyée au Québec

Le Service national des enquêtes des Forces canadiennes confirme que l’enquête porte sur une allégation d’inconduite sexuelle contre le major général Dany Fortin.
Photo: Justin Tang La Presse canadienne Le Service national des enquêtes des Forces canadiennes confirme que l’enquête porte sur une allégation d’inconduite sexuelle contre le major général Dany Fortin.

Le Service national des enquêtes des Forces canadiennes (SNEFC) affirme avoir envoyé son enquête sur Dany Fortin, l’officier qui a supervisé la distribution des vaccins contre la COVID-19 au Canada, au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) du Québec.

Le SNEFC confirme également dans une brève déclaration transmise mercredi après-midi que l’enquête porte sur une allégation d’inconduite sexuelle contre le major général Dany Fortin.

La déclaration ne dit pas quand l’affaire a été transmise au DPCP, qui a la responsabilité de déterminer si des accusations doivent être portées.

Mais ce renvoi en vue de possibles accusations expliquerait pourquoi le chef par intérim de l’état-major de la défense, le lieutenant-général Wayne Eyre, a soudainement écarté M. Fortin de son poste de supervision de la campagne de vaccination vendredi soir dernier.

La chaîne CTV a signalé que l’enquête portait sur une allégation selon laquelle M. Fortin se serait dénudé devant une femme alors qu’il était étudiant au Collège militaire royal de Saint-Jean, au Québec, en 1989.

L’avocat du major général Fortin a déclaré au même réseau que son client n’était pas au courant des détails de l’allégation jusqu’à ce qu’un journaliste communique avec lui, dimanche, et que M. Fortin nie catégoriquement tout acte répréhensible. Toujours selon CTV, l’allégation remonte à il y a environ deux mois.

Le premier ministre Justin Trudeau a admis mardi qu’il avait été informé d’une enquête visant le major général Fortin depuis « plusieurs semaines », mais qu’il n’en connaissait pas la nature.

M. Fortin a annoncé vendredi soir dernier qu’il avait démissionné de son poste auprès de l’Agence de la santé publique du Canada. Son départ est survenu à un moment critique, alors que le Canada s’apprêtait à recevoir sa plus importante livraison de vaccins contre la COVID-19 jusqu’à présent.

Or, il a été rapidement remplacé ; l’Agence a annoncé lundi soir que la brigadière générale Krista Brodie assumera la fonction de vice-présidente de la logistique et des opérations relatives aux vaccins.

Le nom de M. Fortin s’ajoute à la demi-douzaine de hauts gradés de l’armée qui sont sous enquête pour de présumées inconduites sexuelles.

Le gouvernement Trudeau est critiqué pour ne pas avoir mis en œuvre les recommandations contenues dans le rapport Deschamps sur les inconduites sexuelles dans l’armée, datant de 2015, qui conseillait entre autres de mettre sur pied une entité indépendante pour traiter les plaintes.

Les libéraux ont plutôt décidé, le mois dernier, de confier à l’ancienne juge de la Cour suprême Louise Arbour le soin de mener un examen complet et indépendant de la culture actuelle au sein des Forces armées canadiennes et du ministère de la Défense nationale.

À voir en vidéo