Des mesures sociales dans les compétences des provinces

Ottawa entend créer son programme national de garderies promis depuis des années.
Photo: Adil Boukind Le Devoir Ottawa entend créer son programme national de garderies promis depuis des années.

Une part importante de la réponse progressiste du gouvernement de Justin Trudeau à la crise économique entraînée par la pandémie passera par les champs de compétence des provinces. Car Ottawa entend créer son programme national de garderies promis depuis des années et le gouvernement libéral revient à la charge avec l’imposition de normes nationales dans les CHSLD.

Le dur coup encaissé par l’économie canadienne a été maintes fois qualifié de « she-cession » — soit de récession affectant le plus durement les femmes. Pour y répondre, la vice-première ministre et ministre des Finances, Chrystia Freeland, promet la création d’un programme pancanadien de garderies qui doit permettre de réduire les frais de service de garde de 50 % au pays dès l’année prochaine. D’ici quatre ans, ceux-ci se chiffreraient à 10 $ par jour partout au Canada.

À l’heure actuelle, bien qu’une famille québécoise débourse en moyenne 181 $ par mois pour faire garder son jeune enfant, ailleurs au pays cette facture atteint facilement 700 $ par mois dans plusieurs villes canadiennes ou même plus de 1000 $ dans la région de Toronto.

« Ce budget fait un investissement historique en éducation préscolaire et en garderies », s’est réjouie Mme Freeland. « Après 50 ans à en parler et à se battre pour le créer, nous allons enfin passer à l’action. »

C’est l’une des mesures les plus coûteuses du budget : 27 milliards de dollars sur cinq ans, qui seront suivis d’investissements annuels permanents de 8,3 milliards. Le fédéral compte s’entendre de façon bilatérale à la pièce avec les provinces dès qu’elles seront prêtes à signer.

Quelle exemption pour le Québec ?

Le document cite en exemple le système de garderies québécois, duquel Ottawa souhaite s’inspirer. La province sera donc exemptée du programme national. Mais le budget promet un accord asymétrique avec le Québec « qui permettra d’apporter d’autres améliorations à son système ».

La vice-première ministre est restée floue quant à ces améliorations et les conditions qui pourraient être rattachées au transfert de la part des fonds du Québec. L’argent d’Ottawa devra être consacré aux services de garde, indique-t-on en coulisses, et Québec ne pourra pas s’en servir à d’autres fins.

« Le Québec a un excellent système de garderies, mais ça coûte très cher. Et pour la première fois, le fédéral sera là pour aider le Québec à maintenir et élargir ce système », s’est contentée d’affirmer Mme Freeland, en attendant de discuter des détails avec le Québec.

Le gouvernement de François Legault n’a pas souhaité réagir immédiatement au budget fédéral, préférant attendre de le faire mardi.

Des normes fédérales en CHSLD

L’une des demandes principales du Québec — la hausse des transferts fédéraux en santé réclamés à l’unanimité par les provinces — ne figure pas dans l’énoncé budgétaire.

L’imposition de normes nationales dans les centres de soins de longue durée, en revanche, y est confirmée. Pour ce faire, le gouvernement octroiera 3 milliards $ à Santé Canada sur cinq ans « afin d’aider les provinces à faire appliquer les normes relatives aux soins de longue durée et d’apporter des changements permanents ». Les correctifs espérés par Ottawa dans les centres de soins de longue durée — dont les failles ont été exposées au grand jour lors de la première vague de la pandémie — ne sont pas été détaillés.

Le budget fait valoir qu’Ottawa collaborerait avec les provinces « tout en respectant leur compétence en matière de soins de santé », mais celles-ci notamment le Québec ont maintes fois reproché au fédéral de vouloir leur dicter la façon de gérer leurs propres CHSLD.

Le gouvernement Trudeau annonce en outre des normes nationales en matière de santé mentale, financées à coup de 45 millions de dollars sur deux ans. Là encore, l’énoncé budgétaire évoque une « collaboration avec les provinces ».

À voir en vidéo