Ali Ngarukiye officiellement accusé de tentative de meurtre contre le policier Sanjay Vig

L’agent Sanjay Vig a été agressé devant le 900, boulevard Crémazie Ouest alors que Mamadi III Fara Camara était intercepté pour une infraction au Code de la sécurité routière.
Photo: Marie-France Coallier Archives Le Devoir L’agent Sanjay Vig a été agressé devant le 900, boulevard Crémazie Ouest alors que Mamadi III Fara Camara était intercepté pour une infraction au Code de la sécurité routière.

Deux mois après avoir désarmé le policier Sanjay Vig et tiré dans sa direction, le suspect, Ali Ngarukiye, a été officiellement accusé de tentative de meurtre au Palais de justice de Montréal vendredi matin.

Au total, il fait face à sept chefs d’accusation : cinq sont liés à l’attaque contre l’agent du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et deux, à un vol de véhicule. Il restera en prison jusqu’à sa prochaine comparution, le 1er avril prochain.

« On s’est [opposés à la remise en liberté de l’accusé] pour les trois raisons prévues au code […] : la sécurité du public, le risque de fuite et la dangerosité », explique l’avocate de la Couronne, Me Catherine Brabant.

Malgré les ratés qui ont fait les manchettes dans cette affaire, à la suite de l’arrestation à tort de Mamadi III Fara Camara, la Couronne se dit certaine d’avoir, cette fois-ci, le bon suspect. « Cette fois-ci, on est persuadés d’avoir la bonne personne, affirme l’avocat Louis Bouthillier. On est très confiants de pouvoir prouver la culpabilité de la personne qui a été arrêtée hier à Toronto hors de tout doute raisonnable. »

Sa collègue, Me Brabant, précise qu’il y a « différents éléments de preuve, différentes techniques d’enquête [et des] preuves de nature scientifique » qui vont servir dans le cadre de cette enquête. Le SPVM a affirmé en conférence de presse jeudi avoir des preuves d’ADN. Une perquisition a notamment été effectuée par les policiers hier.

Seulement une partie de la preuve a été remise à la défense vendredi matin, sur un CD. « La poursuite nous dit qu’il y a d’autres preuves à venir, des éléments de preuve qui sont essentiels et déterminants pour qu’on puisse procéder à une enquête de remise en liberté », explique l’avocate de l’aide juridique Me Elfriede Duclervil.

Celle-ci dit s’inquiéter pour la sécurité de son client en prison puisqu’il s’est attaqué à un policier. « Nous allons communiquer avec les autorités carcérales pour nous assurer que notre client est en sécurité […] Les autorités carcérales sont au courant de la situation. Nous allons quand même lever le drapeau rouge, mais nous croyons qu’elles vont tout faire pour que l’intégrité physique et psychologique de notre client soit protégée en détention. »

L’homme a comparu par visioconférence vendredi matin. Plusieurs membres de sa famille étaient dans la salle. « Les membres de la famille sont en état de choc. Ils sont présents aujourd’hui pour lui donner leur [appui] », a soutenu Me Elfriede Duclervil, qui a précisé que la famille préférait pour l’instant ne pas s’exprimer publiquement.

Rappelons que l’homme de 21 ans aurait attaqué l’agent Sanjay Vig le 28 janvier dernier en bordure de l’autoroute Métropolitaine, au moment où il interagissait avec Mamadi III Fara Camara. Durant l’altercation, Ali Ngarukiye aurait blessé l’agent avec une barre de fer, l’aurait désarmé et aurait déchargé l’arme de l’agent dans sa direction.

À voir en vidéo