L’OIIQ dénonce «les comportements racistes» subis par Jocelyne Ottawa

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec assure <span style=que «les vérifications d’usage» seront faites." height="530" width="828" class="img-responsive">
Photo: Catherine Legault Archives Le Devoir L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec assure que «les vérifications d’usage» seront faites.

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec dénonce « les comportements racistes » subis par Jocelyne Ottawa. L’organisme, dont le mandat premier est d’assurer la protection du public, affirme que « les vérifications d’usage » seront faites.

« Tous les Québécois, sans exception, sont en droit de recevoir des soins et services de santé sécuritaires et de qualité, empreints de respect et d’humanité, écrit l’Ordre dans une réponse par courriel. Soyez assurés que nous mettons en œuvre les mécanismes de protection du public qui s’imposent dans la situation. »

Rappelons que deux infirmières ont été congédiées par le CISSS des Laurentides pour avoir raillé la dame de Manawan qui s’était présenté vendredi dernier au CLSC de Joliette. En entrevue au Devoir, Jocelyne Ottawa racontait que les infirmières s’étaient moquées d’elle et de Joyce Echaquan en lui disant : « on va t’appeler Joyce ». Elles lui avaient également demandé de chanter une chanson en atikamekw et avaient pris son téléphone cellulaire.

Quant au dossier de Joyce Echaquan, l’enquête « suit son cours », répond l’OIIQ.

L’Ordre ajoute qu’un comité procède à une analyse des programmes de formation collégiaux et universitaires pour « savoir si on offre une formation suffisante aux futurs infirmières et infirmiers afin de les rendre aptes à entrer en contact avec les gens des Premières Nations ». Un avis sera déposé en juin.