Pas de relâche pour les constats d’infraction liés à la COVID-19

À Montréal, c’est le non-respect du couvre-feu qui a entraîné le plus grand nombre de constats. Ainsi, entre le 1er et le 7 mars, le SPVM indique avoir émis 372 constats ou rapports d’infraction généraux, dont 263 pour des accrocs aux règles du couvre-feu.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir À Montréal, c’est le non-respect du couvre-feu qui a entraîné le plus grand nombre de constats. Ainsi, entre le 1er et le 7 mars, le SPVM indique avoir émis 372 constats ou rapports d’infraction généraux, dont 263 pour des accrocs aux règles du couvre-feu.

La relâche scolaire a été l’occasion pour plusieurs fêtards de se rassembler, mais des dizaines d’entre eux ont eu droit à la visite de policiers, qui leur ont remis des constats d’infraction.

À Stoneham-et-Tewkesbury, dans la région de Québec, 36 personnes étaient réunies dans un chalet de location lorsque les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) sont intervenus vers 20 h 30 samedi soir, alertés par un voisin. La fête a pris fin abruptement, et les personnes présentes ont reçu des amendes de 1550 $. En raison du manque de collaboration de certaines personnes, des constats ont aussi été distribués pour des insultes proférées à l’endroit des agents de la paix et pour entrave au travail des policiers. L’intervention s’est prolongée jusqu’à 3 h du matin.

À Saint-Jules, en Beauce, une fête dans une résidence privée samedi soir s’est soldée par 24 rapports d’infraction généraux (RIG), dont 17 à des adultes et 7 à des personnes d’âge mineur.

La Sûreté du Québec révèle que ses policiers ont distribué 680 constats ou RIG au cours de la dernière semaine, dont 367 en rapport avec le couvre-feu. Les policiers ont aussi sévi à 16 reprises sur le réseau routier de la grande région de Montréal.

Les corps policiers québécois ont mené une opération à l’échelle de la province au cours de la relâche scolaire afin de rehausser la vigilance pour faire respecter les consignes sanitaires. Des effectifs supplémentaires ont été déployés sur le terrain pendant cette période.

Une fête familiale a donné du fil à retordre aux policiers de Mascouche qui se sont rendus dimanche après-midi vers 15 h 20 dans une résidence privée de la place Murray Bay. Comme l’hôte de la réunion refusait l’accès de la maison aux policiers, ceux-ci ont dû obtenir un mandat. Ils ont finalement pu intervenir à 20 h 50 pour remettre une trentaine de rapports d’infraction généraux aux participants à la fête. « Il y avait beaucoup de tension », a indiqué le capitaine Jean-François Benoît, du Service de police de Mascouche. Il considère cependant que, de façon générale, les citoyens ont bien suivi les consignes pendant cette semaine de congé.

À Montréal, c’est le non-respect du couvre-feu qui a entraîné le plus grand nombre de constats. Ainsi, du 1er au 7 mars, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) indique avoir dressé 372 constats ou RIG, dont 263 pour des accrocs aux règles du couvre-feu.

À Sherbrooke, 39 constats pour non-respect du couvre-feu ont été distribués, ainsi que 6 pour des rassemblements illégaux. Les données publiées par le Service de police de la ville font cependant état d’une baisse du nombre d’infractions par rapport à la semaine précédente, pendant laquelle 97 constats avaient été recensés.

À Québec, une manifestation tenue dimanche devant l’Assemblée nationale pour la reprise des activités physiques organisées a mené à la distribution de 13 constats d’infraction à des personnes qui ne respectaient pas les règles de distanciation ou qui ne portaient pas de masque. Les policiers du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) ont également procédé à l’arrestation de 5 manifestants qui n’ont offert aucune collaboration avec les forces de l’ordre. Au total, ce sont 97 RIG qui ont été remis entre le 1er et le 7 mars, dont 66 en rapport avec le non-respect du couvre-feu.

Plusieurs régions ont basculé en zone orange lundi, à l’exception de Montréal et de ses quatre régions limitrophes. Pour les régions de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches, de Mauricie-et-Centre-du-Québec et de l’Estrie, le couvre-feu débutera donc un peu plus tard, soit à 21 h 30. Les salles à manger des restaurants seront ouvertes aux « bulles familiales » et les salles de sport peuvent aussi reprendre leurs activités. Quant aux lieux de culte, il leur est désormais possible d’accueillir jusqu’à 100 personnes dans les zones orange.

À voir en vidéo: