Mikaël Kingsbury demande à François Legault la reprise des sports organisés

«Je me suis demandé ce que je ferais si j’étais ce jeune privé de sport pendant un an dans une période de pandémie, explique Kingsbury dans sa lettre. J’ai eu le vertige! Je n’aurais pas eu la capacité de survivre à une année complète privé de ma passion», explique Mikaël Kingsbury.
Photo: Tom Pennington Getty Images via Agence France-Presse «Je me suis demandé ce que je ferais si j’étais ce jeune privé de sport pendant un an dans une période de pandémie, explique Kingsbury dans sa lettre. J’ai eu le vertige! Je n’aurais pas eu la capacité de survivre à une année complète privé de ma passion», explique Mikaël Kingsbury.

Isaac Pépin et tous les jeunes qui réclament la reprise au plus vite des sports organisés ont obtenu un appui de poids : celui du skieur médaillé d’or olympique Mikaël Kingsbury.

À quelques jours d’une manifestation prévue devant le parlement de Québec, Kingsbury prend position dans une lettre adressée au premier ministre François Legault où il exprime son inquiétude face à la situation vécue par les jeunes sportifs de la province.

« Des milliers de jeunes sont privés de leur passion, de l’activité qui les motive à sortir de la maison, qui leur donne envie de se dépasser et qui leur donne l’espace mental pour apprendre. Je m’inquiète qu’on “perde” ces jeunes, qu’ils délaissent le sport au profit des écrans », écrit l’athlète de 28 ans en préambule de sa lettre dont les médias ont obtenu un exemplaire.

Le skieur acrobatique soutient qu’il est urgent d’agir, car la pandémie de COVID-19 a accéléré le décrochage et mis en péril la santé physique et mentale de milliers de jeunes.

« C’est pourquoi j’appuie la démarche d’Isaac Pépin, qui demande la reprise des sports encadrés au Québec », ajoute-t-il.

Isaac Pépin est ce footballeur de 16 ans de Québec — joueur du Blizzard du Séminaire Saint-François — qui a interpellé plusieurs fois le gouvernement québécois afin d’obtenir des assouplissements pour permettre la reprise des sports d’équipe à l’école. Il est aussi à l’origine de la manifestation prévue ce dimanche à Québec.

« Je me suis arrêté cette semaine et je me suis demandé ce que je ferais si j’étais ce jeune privé de sport pendant un an dans une période de pandémie, explique Kingsbury dans sa lettre. J’ai eu le vertige ! Je n’aurais pas eu la capacité de survivre à une année complète privé de ma passion. Je vous le dis très simplement : je serais à la dérive. »

« J’ai la chance inouïe de pratiquer le ski de bosses cette saison, même si elle a été écorchée. Notre association a mis tous les éléments en place pour qu’on respecte les règles de la santé publique. Je suis convaincu que les clubs sportifs, les organisations et les fédérations sportives ont les capacités, les moyens, mais surtout la détermination nécessaire pour protéger les jeunes et leurs proches. Avant, pendant et après la pratique sportive. »

Kingsbury poursuit son plaidoyer en soulignant qu’il puisera sa motivation auprès « d’Isaac Pépin et de tous ceux qui évoluent dans le milieu sportif » lorsqu’il prendra part aux championnats du monde de ski acrobatique à Almaty, au Kazakhstan, en fin de semaine.

« [Ils] ne demandent qu’une chose : donner de l’air aux jeunes en leur permettant de renouer avec leur passion. »

« Monsieur Legault, au nom de tous les sportifs au Québec, amateurs et professionnels, je fais le souhait qu’à mon retour à la maison à la mi-mars, le sport ait retrouvé la place qui lui revient », conclut Kingsbury dans sa lettre.

À voir en vidéo: