Manifestation devant la résidence d’Horacio Arruda

Sous forte escorte policière, la poignée de manifestants ont déambulé dans un secteur résidentiel paisible en scandant «on veut un débat» et en dénonçant «les médias corrompus» qui étaient présents sur place.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Sous forte escorte policière, la poignée de manifestants ont déambulé dans un secteur résidentiel paisible en scandant «on veut un débat» et en dénonçant «les médias corrompus» qui étaient présents sur place.

Au moment où le Québec vient de franchir le cap des 6000 morts de la COVID-19, une poignée de manifestants se sont rendus jeudi soir devant la résidence du directeur de la santé publique du Québec, Horacio Arruda, pour dénoncer la « fraude » de la pandémie.

Les manifestants, qui s’étaient donnés rendez-vous dans la cour d’un magasin de Sainte-Thérèse, se sont ensuite déplacés en voiture jusqu’au quartier où se trouve la résidence de M. Arruda. Officiellement, leur coup d’éclat visait à souhaiter « bonne fête » au directeur de la santé publique, dont c’était l’anniversaire ce jeudi. « Bonne fête sale trou de cul », a d’ailleurs lancé l’un d’eux.

Sous forte escorte policière, ils ont déambulé dans ce secteur résidentiel paisible en scandant « on veut un débat » et en dénonçant « les médias corrompus » qui étaient présents sur place. « Nos enfants et nos aînés ne sont pas cobayes des pharmaceutiques », pouvait-on lire sur la pancarte d’un des manifestants, qui portait un masque à gaz. « Arrêtez de dire qu’on est des conspirationnistes », a répété un autre.

« Je me promène, j’embrasse des gens et je ne suis pas morte. Elle est où la pandémie ? », a lancé une femme qui prenait part à la manifestation. « On est tannés de la dictature. On veut un débat public. De quoi avez-vous peur ? », a-t-elle également répété à plusieurs reprises.

L’un des manifestants, qui ne s’est pas identifié mais qui se présentait comme « un leader de la résistance », a affirmé que plusieurs personnes qui n’étaient pas présentes partagent néanmoins leur point de vue. « On est une ostie de grosse gang », a-t-il dit, après avoir critiqué les mesures sanitaires mises en place pour lutter contre « une grippe ».

Prenant la parole devant la résidence d’Horacio Arruda, un homme portant une calotte « Trump » a critiqué les données « trafiquées » par « les médias subventionnés et corrompus » sur les cas et les décès de la COVID-19 au Québec.

Évoquant le bilan des décès publié jeudi par les autorités, il a affirmé que les 6005 morts recensés depuis mars dernier seraient en fait des morts « présumés ». « On ne saura jamais la vérité, parce qu’Arruda les a fait incinérer. On ne saura jamais s’ils sont morts de la COVID ou avec la COVID », a-t-il ajouté.

Selon le plus récent bilan de la pandémie, le Québec déplore 6005 morts et 89 963 cas. À l’échelle canadienne, le bilan s’élève à 191 137 cas et 9697 décès. À l’échelle mondiale, 38,8 millions de personnes ont été infectées jusqu’à présent par le virus et près de 1,1 million de personnes en sont mortes.