La période d’isolement des cas confirmés réduite à 10 jours au Québec

Les contacts des cas confirmés devront toujours respecter une période de 14 jours, afin de surveiller l’apparition de symptômes associés à la COVID-19.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Les contacts des cas confirmés devront toujours respecter une période de 14 jours, afin de surveiller l’apparition de symptômes associés à la COVID-19.

La période d’isolement pour les cas confirmés de COVID-19 sera dorénavant de 10 jours, plutôt que 14, au Québec, a annoncé vendredi le ministère de la Santé.

Cette décision a été prise, selon le ministère, « en raison du développement des connaissances sur la transmission et la durée de contagiosité de la COVID-19 », en concertation avec l’Institut national de santé publique du Québec.

La levée de la période d’isolement est donc maintenant possible 10 jours après l’apparition des premiers symptômes ou, si la personne est asymptomatique, 10 jours après la date du test positif.

Toutefois, même si la période de 10 jours est terminée depuis le début des symptômes, pour lever l’isolement, il ne faudra plus avoir de fièvre depuis au moins 48 heures et ne plus présenter de symptômes, sauf la toux et la perte de l’odorat, qui peuvent durer plus longtemps.

Par ailleurs, ceux qui ont été en contact avec des personnes en isolement devront respecter une période de quarantaine de 14 jours, afin de surveiller l’apparition de symptômes compatibles avec la COVID-19

Cette révision de la durée de l’isolement s’applique uniquement aux cas confirmés qui sont en quarantaine à domicile et dont la maladie est considérée comme légère ou modérée, note le ministère.

Les personnes immunosupprimées et ceux qui ont été hospitalisés aux soins intensifs en raison de la COVID-19 devront toujours s’isoler pendant une période de 21 jours ou plus.

À Ottawa, l’un des responsables de l’agence fédérale de santé publique a peiné à expliquer pourquoi une personne qui a souffert de la COVID-19 et qui tousse encore peut mettre fin à son isolement au Québec.

« C’est une question de tolérance de risque et […] de gestion des risques », a fini par dire le Dr Howard Njoo, administrateur en chef adjoint de l’Agence de la santé publique du Canada.

« Si leur politique après 10 jours, c’est […] qu’une personne qui continue [d’avoir] quelques symptômes peut être considérée comme non contagieuse, selon leur analyse des données probantes, ça va », a-t-il ajouté.

Le Dr Njoo souligne que, depuis un certain temps déjà, la Colombie-Britannique permet aux personnes qui ont été malades de mettre fin à leur isolement après 10 jours, et non pas 14.

98 nouveaux cas au Québec

Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 est redescendu sous la barre de la centaine au Québec, vendredi, le ministère de la Santé en ayant signalé 98. Le ministère note par ailleurs qu’une réévaluation a permis d’identifier un total de 78 cas confirmés précédemment dont le résultat aurait dû être négatif. Cette situation est attribuable à une contamination d’échantillons dans un laboratoire. Ces cas seront retirés du bilan officiel, que Québec place vendredi à 62 124.

 

Aucun décès n’est survenu dans les 24 dernières heures, et un décès survenu avant le 21 août s’ajoute, mais le total demeure le même, à 5750, puisqu’une enquête a permis de démontrer qu’un décès comptabilisé précédemment n’était pas attribuable à la COVID-19. Le nombre d’hospitalisations a augmenté de deux comparativement à jeudi, pour un total de 117.


À voir en vidéo