La SQ poursuit ses recherches dans un secteur particulier

La Sûreté du Québec dit combiner différentes techniques de travail dans ses recherches sur le terrain, avec un hélicoptère et un drone en appui, notamment.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne La Sûreté du Québec dit combiner différentes techniques de travail dans ses recherches sur le terrain, avec un hélicoptère et un drone en appui, notamment.

La chasse à l’homme pour retrouver Martin Carpentier se poursuit lundi à Saint-Apollinaire, près de Lévis, en particulier dans le secteur densément boisé où les cadavres de ses deux petites filles ont été trouvés, samedi.

Dans une brève mêlée de presse tenue en début de matinée, la sergente Ann Mathieu, de la Sûreté du Québec (SQ), a expliqué que des éléments d’intérêt pour l’enquête avaient été trouvés dans ce secteur situé près des rangs Saint-Lazare et Bois-Joly, ce qui motive la poursuite des recherches à cet endroit pour retrouver l’homme de 44 ans.

La Sûreté du Québec dit combiner différentes techniques de travail dans ses recherches sur le terrain, avec un hélicoptère et un drone en appui, notamment.

D’autre part, la Sûreté du Québec demande encore à la population d’éviter de propager de fausses informations. Dimanche soir, des publications qui annonçaient l’arrestation de Martin Carpentier circulaient sur les réseaux sociaux, ce qui a nui au travail des policiers en plus de faire vivre des moments difficiles aux proches des victimes.

La sergente Mathieu demande aux citoyens de suivre les comptes Facebook et Twitter de la Sûreté du Québec pour avoir l’heure juste.

À propos de Romy Carpentier, 6 ans, et de Norah Carpentier, 11 ans, la sergente Mathieu a affirmé lundi matin qu’il était possible que l’autopsie sur leurs corps soit complétée. Cependant, rien ne sera dit pour le moment sur la cause de leur décès, car la Sûreté du Québec doit vérifier des faits avec Martin Carpentier avant la diffusion d’informations.

À voir en vidéo