Le quotidien de Dany, toxicomane, au temps du confinement

Comment respecter les consignes de confinement ou de distanciation sociale quand la vie tourne autour de l'urgence de la prochaine dose? Le quotidien des toxicomanes se complique encore avec la pandémie actuelle... Rencontre avec Dany.

Lisez aussi notre article «Tempête presque parfaite dans la rue».
 

1 Dany a souffert de douleurs chroniques après avoir été blessé lors d’une agression. Il a développé une dépendance aux opiacés qui lui ont alors été prescrits. Aujourd’hui, pour en augmenter l’effet, il s’injecte les médicaments antidouleur qu’il reçoit sous ordonnance. Renaud Philippe Le Devoir
2 Tous les deux jours, Dany prend le métro pour se rendre dans la seule pharmacie où il peut se procurer ses médicaments. Renaud Philippe Le Devoir
3 La trousse à pharmacie de Dany Renaud Philippe Le Devoir
4 Tout est fermé. Dany erre au centre-ville de Montréal. Renaud Philippe Le Devoir
5 Le site d'injection supervisé Cactus est le seul qui reste ouvert malgré la pandémie. Il a toutefois resserré ses règles de fonctionnement et restreint ses heures d'activité. Renaud Philippe Le Devoir
6 En raison de la pandémie, le site d'injection supervisé Cactus a réduit ses heures d'activité. Les toxicomanes doivent trouver des lieux alternatifs de consommation. Renaud Philippe Le Devoir
7 Renaud Philippe Le Devoir
8 Renaud Philippe Le Devoir
9 Dany a dû quitter son appartement insalubre. Depuis quelques jours, il partage un bout de trottoir avec Petit Jean. Renaud Philippe Le Devoir
10 Dany apprécie son compagnon. Alors que les discussions tournent souvent autour de la drogue chez les toxicomanes, Petit Jean et Dany échangent sur une multitude de sujets. Renaud Philippe Le Devoir
11 Dans l'abri de Petit Jean et Dany, une bouteille de produit nettoyant bien en vue Renaud Philippe Le Devoir
12 Renaud Philippe Le Devoir