Adieux émouvants à Océane

Sur le parvis de l'église Sainte-Anastasie, les parents d'Océane, Francis Boyer et Caroline Sarrazin, ainsi que son frère et sa soeur, Olivier et Cassandra, ont tenu avec délicatesse la colombe dont l'envolée a marqué la fin de la cérémonie.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Sur le parvis de l'église Sainte-Anastasie, les parents d'Océane, Francis Boyer et Caroline Sarrazin, ainsi que son frère et sa soeur, Olivier et Cassandra, ont tenu avec délicatesse la colombe dont l'envolée a marqué la fin de la cérémonie.

C’était une petite boule d’énergie. Présidente de la Maison des jeunes de Lachute, Océane Boyer n’avait peut-être que 13 ans, mais ses engagements ont eu le temps de marquer toute une communauté, qui lui a rendu un dernier hommage vendredi.

« Océane avait une capacité d’aimer inconditionnellement. On l’entendait rire à travers l’école », a témoigné le curé Robert Lemire dans l’église Sainte-Anastasie, à Lachute, pleine à craquer.

Le curé Lemire connaissait bien Océane. C’est lui qui l’a baptisée il y a 13 ans. « Elle se consacrait à toutes sortes d’activités, elle voulait réussir, c’était celle qui disait toujours “allez, on est capables” », a-t-il souligné.

Près de l’autel, la petite urne couleur bronze d’Océane était enveloppée de fleurs. Un portrait de la jeune fille et une colombe en cage se trouvaient tout près.

Avant même que les portes de l’église s’ouvrent, des dizaines de personnes attendaient, bouquets dans les mains, pour offrir leurs condoléances aux parents d’Océane, Francis Boyer et Caroline Sarrazin, ainsi qu’à sa grande soeur Cassandra, et à son petit frère Olivier.

 [...] Moi aussi j’étais en beau joual vert, mais on ne peut pas rester là-dedans. Oui, on trouve ça écœurant, mais on doit regarder vers l’avenir.

« Je ne peux pas imaginer la souffrance qu’ils vivent. C’est vraiment trop d’émotions », a soufflé Mélanie Leclerc, une amie des parents d’Océane. Sa fille, Sophye-Ann, a bien connu la jeune fille. « On a grandi ensemble et ça fait vraiment mal. On n’avait jamais de problème avec cette fille-là, elle était vraiment fine, on dirait que je ne peux pas croire qu’elle est partie comme ça », a confié l’adolescente.

Âgée de 13 ans, Océane a été tuée mercredi dernier. Son assassin a abandonné son corps sur le bord d’une route de Brownsburg-Chatam, dans les Laurentides. La Sûreté du Québec avait indiqué que son corps portait des marques de violence.

Lors de la cérémonie, le curé Lemire a convenu que les circonstances tragiques du décès de l’adolescente sont choquantes et incompréhensibles, mais a appelé les quelque 750 personnes réunies à faire preuve de résilience.

« Il y a quelqu’un qui est venu fucker notre vie », a-t-il dit sans détour. « Quand j’ai entendu ce qui est arrivé à Océane, moi aussi j’étais en beau joual vert, mais on ne peut pas rester là-dedans. Oui, on trouve ça écoeurant, mais on doit regarder vers l’avenir », a-t-il insisté. La famille de François Sénécal, l’homme accusé du meurtre d’Océane, avait d’ailleurs été invitée à assister aux funérailles.

 
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La famille et les proches de la jeune victime à la sortie de l’église, vendredi, à Lachute.

« Un petit ange »

La cérémonie a été l’occasion de rendre hommage au dévouement et à l’engagement d’Océane. Parmi les projets qui lui tenaient à coeur figurait un voyage à New York organisé avec la Maison des jeunes. Dans les dernières semaines, Océane avait consacré beaucoup de son temps pour amasser des sous pour financer ce périple.

« Ton passage fut trop court, mais nous sommes fiers d’avoir pu partager ces moments avec toi », a confié Kim, une des tantes d’Océane. Elle a confié que plusieurs membres de la famille se sont fait tatouer le nom d’Océane « pour la garder avec nous ».

Jérémie, le meilleur ami de l’adolescente, a lui aussi assuré à Océane qu’elle ne sera jamais oubliée. « Tu me manques énormément, tes folies, ta joie de vivre, ton énergie, ton affection, tes sourires contagieux et nos nombreuses confidences. Tu étais ma meilleure amie, ma confidente, mon rayon de soleil, ma moitié. Même si ton corps est décédé, je sais que ton âme est toujours là à veiller sur nous », a-t-il écrit dans une lettre lue par son père.

L’interprétation de la chanson Je t’aime petite fleur, écrite pour Océane, a donné lieu à des scènes émouvantes. « On t’a arraché ton sourire, ton honneur et ton avenir, mais maintenant ouvre tes ailes et laisse cette chanson te porter vers le ciel. On t’aime petite fleur », a-t-on pu entendre.

Tu me manques énormément, tes folies, ta joie de vivre, ton énergie, ton affection, tes sourires contagieux et nos nombreuses confidences

L’envolée d’une colombe sur le parvis de l’église a marqué la fin de la cérémonie. « On tient à remercier toute la population du Québec et de partout à travers le monde pour leur très grande générosité envers notre famille », a mentionné au nom de la famille, Mario Noël, un des oncles d’Océane.

Dans les jours suivant le décès de l’adolescente, une campagne de sociofinancement a été lancée afin de payer les frais des funérailles. Plus de 25 000 $ ont été amassés.

Enquête

La famille a aussi tenu à souligner le travail des autorités qui ont mené l’enquête sur la mort d’Océane. « On tient à remercier également les enquêteurs et tous les policiers qui ont travaillé à l’enquête qui a permis un dénouement aussi rapide pour trouver un suspect qu’on connaît maintenant en la personne de François Sénécal », a dit M. Noël.

François Sénécal, un ami de la famille qui connaissait Océane depuis sa naissance, a été arrêté le lendemain de la découverte du corps de l’adolescente. L’homme de 51 ans a été accusé de meurtre prémédité. Il est actuellement détenu et doit revenir devant le tribunal le 20 mars prochain.