C’est parti pour quatre jours de déneigement à Montréal

<p>Dimanche matin, les véhicules, les arbres et les voies de circulation étaient recouverts d’une épaisse couche de neige poudreuse.</p>
Photo: Adil Boukind Le Devoir

Dimanche matin, les véhicules, les arbres et les voies de circulation étaient recouverts d’une épaisse couche de neige poudreuse.

Les enfants sautaient dans la neige et les skieurs de fond trépignaient dimanche. Mais les conducteurs de déneigeuses de Montréal et de Québec, eux, se sont plutôt préparés à passer la nuit à ramasser les quelque 20 cm de neige tombés sur la métropole et la capitale.

Des pancartes d’interdiction de stationnement ont été installées dans certaines artères de Montréal dès 15 h dimanche, afin que l’opération de déneigement puisse commencer la nuit même, a expliqué Philippe Sabourin, porte-parole de la Ville de Montréal. Il faudra quatre jours pour tout ramasser, a-t-il précisé.

Au cours des dernières heures, la valse des camions, des klaxons et des lumières clignotantes a aussi eu lieu « dans toute la ville de Québec », comme c’est le cas à chaque chute de 10 cm de neige ou plus, a expliqué Stéphanie Gaudreault, porte-parole de la Ville de Québec. « Pour nous, ce n’est rien de majeur ou d’exceptionnel, c’est la routine », a-t-elle spécifié.

La poudre blanche s’est accumulée un peu partout sur le sud de la province au cours de la nuit de samedi à dimanche. Environnement Canada a confirmé que « de 15 à 20 cm de neige sont tombés sur l’extrême sud du Québec », ce qui inclut la région de Montréal, l’Outaouais, les Basses-Laurentides et une partie de la Montérégie.

« Tout ça est derrière nous, les conditions vont graduellement s’améliorer au cours de la journée » de dimanche, a expliqué Environnement Canada.

Au matin, dimanche, les véhicules, les arbres et les voies de circulation étaient en effet recouverts d’une épaisse couche de neige poudreuse. Quelques centimètres se sont ajoutés un peu partout sur le territoire au cours de l’avant-midi.

Le ciel devrait être dégagé en ce début de semaine, mais la température sera froide, oscillant autour de -12 °C lundi et mardi.

Sur les routes

 

Dans la journée de dimanche, la visibilité s’est avérée bonne sur la majorité du réseau routier, a précisé le ministère des Transports du Québec (MTQ). Toutefois les routes étaient « partiellement enneigées ou enneigées », a expliqué le porte-parole du ministère, Martin Girard. Des équipes ont été déployées sur le réseau dès le début des précipitations samedi soir.

Le MTQ, qui recommande chaudement aux automobilistes de consulter le site Québec 511 avant de prendre le volant, a toutefois noté que les conducteurs empruntant les routes près du fleuve, notamment certaines sections de la 20 et la 132, avaient vu leur visibilité restreinte par les conditions météo.

« C’est certain que les automobilistes vont croiser beaucoup de camions de déneigement sur les routes, alors prudence, car ceux-ci vont à un maximum de 50 km/h pour bien déneiger et mettre de l’abrasif », a ajouté M. Girard.

À l’aéroport Montréal-Trudeau, plusieurs départs ont été annulés ou retardés au fil de la journée.

La valse des déneigeuses

À Montréal, 3000 employés et 2200 appareils s’affairaient à déblayer et à ramasser la neige, selon l’administration municipale.

« La neige est volumineuse, floconneuse, ça va être facile à ramasser, s’est réjoui Philippe Sabourin. Et évidemment, comme on commence l’opération dimanche, déjà les axes vers Montréal vont être dégagés pour le retour au bureau lundi. »

C’est la quatrième opération de déneigement de l’hiver à Montréal, la troisième en 2020. La bordée du week-end précédent, chargée de grésil, venait à peine d’être ramassée. Mais M. Sabourin estime que l’administration Plante a bien fait de ne pas attendre la chute de neige de samedi soir pour tout ramasser d’un seul coup.

Lors de la dernière tempête, « il n’y avait qu’une douzaine de centimètres au sol, mais on s’est évité d’avoir des regards d’égouts obstrués, on s’est évité des bancs de glace en dessous d’une neige floconneuse, qui peuvent briser l’équipement. Au niveau des opérations on est très confiants, sur la route ça va bien aller ».

Le porte-parole de la Ville ajoute que les entreprises de déneigement sont payées selon le nombre de mètres cubes de neige ramassés et transportés, et non pas à la quantité d’opérations de déneigement. « Peu importe le nombre de fois que tu sors pour la ramasser, en finalité, ce qui compte, c’est le volume que tu transportes. »

 

Déplacer son véhicule

La Ville de Montréal insiste sur la nécessité pour les citoyens de déplacer leurs véhicules automobiles lorsque les interdictions de stationnement sont installées.

« Pour le citoyen, c’est une amende plus des frais de remorquage, et nous, ça nous ralentit de 10 minutes [à chaque véhicule], c’est une situation perdant-perdant », note M. Sabourin.

Ce dernier précise que des stationnements incitatifs sont mis en place la nuit et recommande aux citoyens de consulter l’application Info-Neige.