Nouvelle action d’Extinction Rebellion à Québec

Une cellule du groupe Extinction Rebellion a coloré en rouge l’eau de la fontaine de Tourny, devant l’Assemblée nationale à Québec, vendredi, pour dénoncer l’inaction du gouvernement devant les changements climatiques.
Photo: Isabelle Porter Le Devoir Une cellule du groupe Extinction Rebellion a coloré en rouge l’eau de la fontaine de Tourny, devant l’Assemblée nationale à Québec, vendredi, pour dénoncer l’inaction du gouvernement devant les changements climatiques.

La fontaine de Tourny a « saigné » pour l’environnement devant l’Assemblée nationale, vendredi matin à Québec, lorsque des activistes écologistes y ont versé du colorant rouge.

C’est le groupe Extinction Rebellion qui a mené cette action : un petit groupe de militants s’est couché par terre comme s’ils étaient morts, le tout visant à symboliser « le sang des innocentes victimes des changements climatiques ».

La manifestation a été de courte durée et s’est déroulée dans le calme, un fort contraste avec la récente action du groupe à Montréal, où des milliers d’automobilistes ont été paralysés par l’escalade du pont Jacques-Cartier par trois militants de la même organisation qui ont forcé sa fermeture en pleine heure de pointe, mardi matin. Une autre action militante au centre-ville en soirée avait ensuite créé des bouchons monstres au moment où quelques centaines de manifestants avaient bloqué le boulevard René-Lévesque.

Dans le cas de l’événement de Québec, les policiers de la Vieille Capitale ont procédé à l’arrestation d’une femme de 32 ans pour méfait, en lien avec le déversement du colorant dans la fontaine. Elle a été remise en liberté et le Service de police de la Ville de Québec indique que l’enquête se poursuit.

Le mouvement Extinction Rebellion a vu le jour en mai 2018 et est particulièrement actif en Europe.

Son objectif est de sensibiliser la population et surtout les gouvernements à l’urgence d’agir pour contrer les changements climatiques par des actions chocs et non violentes.