Chalk River: l’appui de Québec sollicité pour un dépotoir nucléaire

L’entrée du laboratoire de Chalk River sur lequel on veut implanter un dépotoir de déchets nucléaires.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne L’entrée du laboratoire de Chalk River sur lequel on veut implanter un dépotoir de déchets nucléaires.

Les Laboratoires nucléaires canadiens (LNC) veulent obtenir le soutien du gouvernement Legault pour leur controversé projet de dépotoir nucléaire sur le site de la centrale de Chalk River, en Ontario. L’emplacement choisi pour entreposer les déchets radioactifs est situé à environ un kilomètre de la rivière des Outaouais, une source d’eau potable pour de nombreuses villes québécoises, dont celles du Grand Montréal.

L’entreprise — dirigée par un consortium formé des firmes SNC-Lavalin, Jacobs et Fluor — a renouvelé en juillet son inscription au Registre des lobbyistes pour « informer le gouvernement du Québec du projet de gestion des déchets nucléaires à Chalk River afin de réduire [s]es inquiétudes et de s’assurer d’obtenir [son] appui politique dans le cadre du processus d’approbation mené par la Commission sécurité nucléaire canadienne (sic). »

Les LNC s’étaient inscrits au registre en mai 2018. Depuis, deux rencontres ont eu lieu en novembre et en février avec des fonctionnaires du ministère de l’Environnement, des membres de la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) qui est chargée de faire l’évaluation environnementale du projet et des représentants des LNC.

Aucune rencontre n’a encore eu lieu avec l’entourage du premier ministre, François Legault, et celui du ministre de l’Environnement, Benoit Charette, selon leurs attachés de presse respectifs. Le nouveau gouvernement caquiste se garde pour l’instant de prendre position. « On va laisser le ministère faire son travail qui va à son tour laisser le fédéral faire son travail », a indiqué l’attaché de presse du ministre Charette, Louis-Julien Dufresne.

Cette façon de faire n’étonne pas le journaliste à la retraite Gilles Provost, membre du Ralliement contre la pollution radioactive, qui a longuement étudié la documentation soumise à la CCSN. « Le gouvernement du Québec est le plus vigilant concernant le projet », a-t-il affirmé en faisant la comparaison avec l’Ontario. Cette surveillance provient toutefois davantage des fonctionnaires que des élus qui semblent, selon lui, « avoir la volonté de ne pas s’en mêler ».

Les ministres de l’Environnement du gouvernement libéral précédent, David Heurtel et Isabelle Melançon, s’étaient gardés de critiquer le projet même s’ils le jugeaient préoccupant. Le ministre Heurtel avait toutefois demandé que les audiences publiques dans le cadre de l’évaluation environnementale aient lieu au Québec pour permettre aux citoyens touchés de se prononcer.

Faible radioactivité

L’installation, qui serait construite pour gérer un million de mètres cubes de déchets nucléaires durant au moins 50 ans, suscite une vive opposition depuis quelques années. Les 82 municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal avaient adopté une résolution à l’unanimité en avril 2018 pour s’opposer au projet qui pourrait menacer leur approvisionnement en eau potable, en cas de fuite. La Ville de Laval avait fait parvenir une lettre à la CCSN en septembre 2017 pour exiger l’ajout de conditions afin d’« assurer la sécurité des populations riveraines de la rivière des Outaouais et ses tributaires. » Plus récemment, des manifestants québécois et ontariens se sont rassemblés dans des embarcations sur la rivière des Outaouais pour faire part une nouvelle fois de leur objection.

À la lumière des commentaires reçus du public, les LNC ont abandonné à l’automne 2017 l’idée d’entreposer des déchets nucléaires de moyenne activité et se concentreront sur les déchets à faible activité radioactive. Le dépotoir comprendrait une membrane de deux mètres d’épaisseur pour éviter les fuites et une usine de traitement des eaux usées. Des sols et des matériaux contaminés par la radioactivité depuis des décennies et qui se trouvent déjà à proximité de la rivière des Outaouais y seraient entreposés. Les LNC prévoient également de disposer de déchets qui seront produits au cours des dix prochaines années par le déclassement d’une centaine d’édifices pour le renouvellement de ses laboratoires de Chalk River. Le budget de cette importante revitalisation des lieux s’élève à 800 millions de dollars.

L’évaluation du projet par la CCSN a débuté en 2016 et se rapproche lentement des dernières étapes. La documentation finale devra être soumise par son promoteur lors de la prochaine phase, mais aucune date d’échéance n’a encore été fixée. Lors d’une étape précédente, le ministère québécois de l’Environnement avait soumis une série de questions et de commentaires auxquels il a partiellement obtenu des réponses, lors des rencontres avec la CCSN et les LNC. Il attend la conclusion de l’évaluation environnementale pour obtenir le reste des informations demandées. Le ministère voulait connaître, à propos des conséquences potentielles du dépotoir nucléaire, son risque environnemental et pour la rivière des Outaouais et les mesures d’atténuation proposées. Il remettait également en question l’emplacement choisi.

Au moment d’écrire ces lignes, les LNC n’avaient pas donné suite à la demande d’entrevue du Devoir.