Chaos routier autour des écoles

Depuis l’an dernier, des chercheurs ont observé le mode de transport d’élèves de plus de 125 écoles primaires de l’île de Montréal et de Laval, dont l’école primaire General Vanier, à Saint-Léonard.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Depuis l’an dernier, des chercheurs ont observé le mode de transport d’élèves de plus de 125 écoles primaires de l’île de Montréal et de Laval, dont l’école primaire General Vanier, à Saint-Léonard.

À 15 minutes du début des classes, les voitures se garent à la queue leu leu près de l’école primaire General Vanier, à Saint-Léonard. Les parents conduisent leurs enfants à l’école. C’est le chaos dans la petite rue de Viterbe. Une voiture se gare en double file pour faire descendre un enfant. Un autre écolier traverse la rue en se faufilant dans la circulation. Une camionnette s’arrête de justesse derrière un autobus jaune dont les feux clignotants rouges sont activés.

« Il y a beaucoup de problèmes de circulation. C’est stressant pour la sécurité de nos enfants », dit Carmelina D’Iglio, mère de trois enfants qui fréquentent cette école primaire.

Près de là, deux observateurs attentifs surveillent l’arrivée des élèves. Les étudiants Félix Riopel et Asma Sehili font partie d’une équipe de recherche en urbanisme qui analyse le mode de transport des écoliers à Montréal et dans trois grandes villes canadiennes — Toronto, Vancouver et Calgary. Leur but : déterminer la façon dont les élèves se rendent à l’école et proposer des façons d’augmenter la proportion de ceux qui utilisent les transports actifs (à pied, à vélo, en trottinette ou en planche à roulettes).

Cette vaste enquête, menée sur cinq années dans quatre provinces, vise aussi à recommander des aménagements susceptibles d’améliorer la sécurité des élèves durant leur déplacement entre la maison et l’école. D’ici là, les abords des écoles donnent lieu à des scènes chaotiques lors de l’arrivée des élèves le matin.

« Il y a vraiment des comportements dangereux des enfants et de leurs parents. Les gens sont pressés. Ce n’est pas long que ça devient le bordel », dit Félix Riopel en surveillant l’arrivée des enfants.

Il y a vraiment des comportements dangereux des enfants et de leurs parents. Les gens sont pressés. Ce n’est pas long que ça devient le bordel.

En Amérique du Nord, le consensus scientifique indique que le tiers des élèves du primaire se font conduire à l’école en voiture. Quand tout ce monde arrive devant l’école en même temps, les rues deviennent vite congestionnées. Stationnement en double file, demi-tours, conducteurs qui parlent au téléphone au volant, voitures garées dans des traverses pour piétons, enfants qui traversent la rue n’importe où… Félix Riopel et Asma Sehili en voient de toutes les couleurs en observant le va-et-vient autour des écoles.

Une impression d’insécurité

Marie-Soleil Cloutier, professeure à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), confirme cette impression de chaos près des écoles aux heures de pointe. Mais il s’agit d’abord et avant tout d’une perception, selon elle. « Ça semble dangereux près des écoles, mais dans les faits, il y a très peu de collisions dans l’environnement immédiat des écoles. Les parents ont une impression d’insécurité et ils n’envoient pas leurs enfants à pied ou à vélo », explique la chercheuse, qui est responsable du volet québécois de cette vaste étude canadienne sur la sûreté du transport des écoliers.

Ça semble dangereux près des écoles, mais dans les faits, il y a très peu de collisions dans l’environnement immédiat des écoles. Les parents ont une impression d’insécurité et ils n’envoient pas leurs enfants à pied ou à vélo.

Depuis l’an dernier, la professeure et son équipe ont observé le mode de transport d’élèves de plus de 125 écoles primaires de l’île de Montréal et de Laval. Jusqu’à 160 écoles ont fait l’objet de cette étude dans chacune des trois autres villes canadiennes participantes. C’est à Montréal et à Toronto que les élèves se déplacent le plus à pied ou à vélo, selon les données préliminaires de l’étude : 60 % des élèves vont à l’école en « transports actifs » dans les deux plus grandes villes canadiennes, y compris leurs banlieues. Mais à Calgary, la voiture continue de régner autour des écoles.

Dans les quatre villes à l’étude, les chercheurs ont aussi obtenu les statistiques d’accidents impliquant des écoliers dans un rayon de 1,6 kilomètre des écoles sur une période de 10 ans. Ils ont aussi le portrait des aménagements urbains dans le même périmètre : type de bâtiments, de réseau routier, et présence de mesures de protection pour cyclistes et piétons (pistes cyclables séparées de la chaussée, dos d’âne, trottoirs élargis aux intersections, limite de vitesse à 30 km/h, présence de brigadiers scolaires…).

Les auteurs de l’étude comptent croiser toutes ces données avec le mode de transport des élèves pour déterminer quels types d’aménagements sont les plus sûrs. « Le plus préoccupant, c’est quand on s’éloigne un peu des écoles, à deux ou trois coins de rue, là où il n’y a pas d’aménagements sécuritaires pour les transports actifs. On veut préparer un guide à l’intention des municipalités pour les aider à améliorer la sécurité des déplacements des élèves », explique Marie-Soleil Cloutier.

Il peut s’agir d’aménagements urbains, mais aussi du lieu où l’on construit les nouvelles écoles : souvent, elles se trouvent dans des terrains boisés de banlieues dépourvues de trottoirs ou d’éclairage adéquat. Il est plus sûr d’aménager les écoles au coeur des quartiers, dans des rues bien aménagées et bien éclairées, rappelle la professeure.

Pour la santé et l’environnement

« Tant dans les banlieues que dans les quartiers centraux, de plus en plus de parents militent pour une réduction de la circulation et pour des aménagements urbains mieux adaptés aux transports actifs, dit Marie-Soleil Cloutier. Depuis une quinzaine d’années en Europe, c’est considéré comme une façon de réduire la pollution. En Amérique du Nord, c’est davantage pour lutter contre l’obésité. On se rend compte que les déplacements à pied ou à vélo sont bons à la fois pour la santé et pour l’environnement. »