Le père de l'éducation moderne au Québec n'est plus

Paul Gérin-Lajoie a été le tout premier ministre de l’Éducation du Québec, de 1964 à 1966.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Paul Gérin-Lajoie a été le tout premier ministre de l’Éducation du Québec, de 1964 à 1966.

Le Québec perd un de ses grands bâtisseurs : tout premier ministre de l’Éducation et grand philanthrope pour l’alphabétisation et les causes humanitaires, Paul Gérin-Lajoie est décédé lundi auprès des siens. Il était âgé de 98 ans.

« La tête était encore là, mais le corps ne suivait plus. C’était la vieillesse, il est mort de sa belle mort », a affirmé son fils François Gérin-Lajoie lundi au Devoir.

L’ex-ministre aura droit à des funérailles nationales, a annoncé le premier ministre Philippe Couillard.

Déjà bien avant qu’il rende son dernier souffle, l’homme aux engagements sociaux et politiques plus que remarquables avait laissé une trace indélébile dans l’histoire du Québec.

Premier à occuper le poste de ministre de la Jeunesse et de ministre de l’Éducation, cet avocat de formation a posé les premiers jalons de la diplomatie québécoise en prononçant le 12 avril 1965 ce qui fut connu plus tard comme la doctrine Gérin-Lajoie, affirmant que le Québec n’avait pas à se soumettre au contrôle d’Ottawa pour agir à l’étranger dans des domaines de sa compétence.

Sa vie durant, l’engagement et la carrière prolifique de M. Gérin-Lajoie auront été salués par d’innombrables reconnaissances et distinctions, la plus récente étant l’Ordre de l’excellence en éducation qu’il s’est vu décernée par le gouvernement québécois mercredi dernier. La biographie publiée sur le site de l’Assemblée nationale recense plus d’une vingtaine de prix et de titres honorifiques québécois et internationaux. Une célèbre dictée et une école secondaire d’Outremont portent son nom.

Héritage « phénoménal »

« C’était un bâtisseur exceptionnel, qui ne levait jamais le ton, qui savait convaincre. C’était un démocrate jusqu’au bout des ongles », a décrit son fils François Gérin-Lajoie, qui est président du conseil d’administration de la Fondation Paul Gérin-Lajoie.

Sa contribution à l’élaboration du Québec moderne est « phénoménale », poursuit-il. On pourra la découvrir ou la redécouvrir dans une anthologie de ses meilleurs discours, qui sera publiée au mois d’août, a indiqué son fils au Devoir.

« C’était un homme d’une grande énergie, d’une forte intelligence, qui utilisait bien sa formation juridique. C’était un juriste à la conscience sociale », résume le sociologue Guy Rocher, qui le côtoyait depuis 1946, année où les deux hommes ont participé à un colloque international de la jeunesse en Europe, événement qui laissa un « souvenir impérissable » à M. Rocher. « C’est à ce moment que j’ai commencé à admirer son leadership », dit-il.

« Si tous les politiciens étaient comme lui, non seulement le Québec, le Canada, mais le monde entier irait mieux ! » déclare à son sujet son ancien conseiller technique en information, du temps qu’il était ministre de l’Éducation, Jean Paré. Le décrivant comme un homme « minutieux », « rigoureux », « déterminé », M. Paré estime qu’avec Jean Lesage, Paul Gérin-Lajoie a été « le plus grand pivot de la Révolution tranquille ».

Un parcours exemplaire

M. Gérin-Lajoie est né le 23 février 1920 à Montréal, fils d’Henri Gérin-Lajoie et de Pauline Dorion. Il appartient à une dynastie de Gérin-Lajoie dont sont issues plusieurs personnalités ayant marqué le Québec. Ses arrière-grands-pères sont l’écrivain et avocat Antoine Gérin-Lajoie et l’homme politique Alexandre Lacoste. Une de ses grands-mères est la pionnière féministe Marie Lacoste-Gérin-Lajoie et une de ses tantes est la religieuse et travailleuse sociale qui porte aussi le nom de Marie Gérin-Lajoie.

Bien entouré, Paul Gérin-Lajoie connaîtra un parcours universitaire et professionnel exemplaire. Après avoir étudié le droit à l’Université de Montréal, il est admis au Barreau du Québec en 1943 et poursuit ses études doctorales en droit constitutionnel, notamment grâce à la prestigieuse bourse Rhodes, à l’Université d’Oxford, en compagnie de sa femme, Andrée Papineau, sa complice de vie pendant près de 80 ans, décédée le 19 février 2018.

Avec elle, il aura eu quatre enfants, qui lui donneront ensuite treize petits-enfants et onze arrière-petits-enfants. Il a par ailleurs résidé durant la plus grande partie de sa vie à Vaudreuil-Soulanges.

C’était un homme d’une grande énergie, d’une forte intelligence, qui utilisait bien sa formation juridique. C’était un juriste à la conscience sociale.

Engagement politique et social

À son retour d’Angleterre, Paul Gérin-Lajoie fonde L’Écho de Vaudreuil-Soulanges et Jacques-Cartier, hebdomadaire où son épouse tient une chronique qui s’adresse aux femmes. Il se fait élire comme député du Parti libéral en 1960 dans Vaudreuil-Soulanges, circonscription dans laquelle il réside et qu’il représentera comme député pendant près de dix ans avant de démissionner.

Il vouait un grand respect à la chose politique et a toujours été très engagé socialement. Avant de lancer le ministère de l’Éducation, dans les années 1960-1963, Paul Gérin-Lajoie avait entrepris de faire le tour du Québec pour consulter les gens et il avait emmené toute la famille avec lui. « En fait, il a fait deux tours de la province. Il en a fait un pour le bill 60, la création du ministère, et un deuxième ensuite pour les 55 régionales et la création des polyvalentes », avait raconté son fils François lors d’une conférence en janvier 2017. « Alors, croyez-le ou non, dans les deux tournées, toute la famille suivait popa en roulotte pendant l’été. Alors, les coins, les petits snacks à hot-dog, on les a faits deux fois plutôt qu’une à travers la Gaspésie, le Grand Nord. Quand on parle d’éducation citoyenne, pour moi, c’est ça. C’est s’assurer que la population participe à la construction d’un système éducatif. »

Secrétaire du Parti libéral du Québec, puis président de la commission politique de ce même parti, il a connu des années bien remplies au sein du gouvernement. En plus d’avoir dirigé d’importants ministères, il a été vice-président du conseil des ministres de 1964 à 1966. Il occupe alors la présidence du comité des affaires constitutionnelles du Parti libéral du Québec, jusqu’à ce qu’il quitte la politique active en 1969.

Toujours actif

Mais la carrière et la vie professionnelle de M. Gérin-Lajoie ne sont alors pas en reste. En plus d’être professeur invité à l’Université d’Ottawa et à la Faculté de droit de l’Université de Montréal, il a présidé la mission des examinateurs de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) sur la recherche et le développement en éducation aux États-Unis en 1969, a occupé dans les années 1970 les fonctions de président de l’Agence canadienne de développement international (ACDI), fut membre du conseil des gouverneurs de la Banque mondiale et a dirigé la Société du Vieux-Port de Montréal au début des années 1980. Ce rôle, pour lequel il est moins reconnu, est très important aux yeux de son fils François Gérin-Lajoie. « Il a ouvert les jetées à la population montréalaise. Il voulait que les Montréalais se réapproprient leur fleuve », dit-il.

Généreux philanthrope, Paul Gérin-Lajoie a créé en 1977 une fondation oeuvrant dans le domaine de la coopération internationale, qui continue de poursuivre son oeuvre en faisant la promotion de l’accès à l’éducation pour tous, souligne son fils, qui en préside le conseil d’administration. « Ça découle de son humanisme très fort », indique François Gérin-Lajoie.

M. Gérin-Lajoie n’aura jamais réellement connu de retraite. Sa vie durant, il n’a cessé de s’impliquer activement à travers sa fondation, en prononçant des discours ou en prenant position dans certains débats, notamment en éducation, dans les grands médias. Encore en 2007, il avait critiqué l’assouplissement de l’enseignement du français et la réforme scolaire. Il était également résolument contre l’abolition des commissions scolaires, des organisations qu’il a conseillées pendant plusieurs années. Pendant la grève étudiante de 2012, il était intervenu publiquement pour soutenir la hausse des droits de scolarité proposée par le gouvernement Charest, plaidant pour une réforme des prêts et bourses.

Récemment, il avait déclaré au Devoir que les cégeps avaient été « une très grande réalisation » et qu’ils répondaient à l’objectif de départ lors de leur création en 1967 : soit préparer les étudiants à l’université.

L’auteur de Combats d’un révolutionnaire tranquille (1989) aura accepté de faire des apparitions publiques jusqu’à un âge très avancé. En janvier 2017, il avait participé à une conférence sur l’éducation citoyenne à l’Université Laval malgré le fait qu’il était très diminué, en fauteuil roulant et qu’il avait du mal à parler et à tenir sa tête droite. « Alors, un mot de bienvenue pour tous ceux qui sont présents ici. Votre seule présence est une indication de l’intérêt que vous portez à ce colloque et à l’action de Paul Gérin-Lajoie », avait-il prononcé d’une voix rauque. Une voix que le Québec n’entendra plus, mais dont il se souviendra.

8 commentaires
  • Gilles Bonin - Abonné 26 juin 2018 00 h 54

    Peu comme lui.

    Je ne sais qui a écrit cette phrase qui résume tout: "Un politicien prépare la prochaine élection, un Homme d'Etât prépare la prochaine génération".

    Je suis de cette génération que vous avez préparée. Je vous en remercie et vous serez toujours dans nos coeurs.
    Bon repos Monsieur le Ministre!

  • Chantale Desjardins - Abonnée 26 juin 2018 07 h 50

    Son action éducative se perpétue...

    Pour l'avoir bien connu, il mérite toute notre reconnaissance.
    Mes sincères condoléances à ses enfants et petits enfants.
    Son épouse décédée dernièrement fut une compagne qui l'a soutenu.

    AMCourville

  • Gilles Bousquet - Abonné 26 juin 2018 07 h 56

    Paul Gérin-Lajoie, fédéraliste

    Ce ministre de Lesage, en plus d'avoir mis sur pied le ministère de l'éducation, a inspiré la doctrine Gérin-Lajoie qui est le prolongement international, des compétences du Québec, ce qui sa conforté le Québec DANS LE CANADA, une affaire pour solidifier le fédéralisme canadien.

    Quand Lévesque a quitté le PLQ-Lesage en 1 967, pour former un parti souverainiste, M. Gérin-Lajoie ne l'a pas suivi, il est resté au PLQ et il a démissionné en 1 969 pour d'autres occupations. Il était un fédéraliste-autonomiste DANS LE CANADA et l'a demeuré jusqu'à la fin.

    • David Cormier - Abonné 26 juin 2018 11 h 17

      Je suis d'accord avec vous, mais c'était néanmoins une grosse coche au-dessus des libéraux actuels dirigés par Philippe Couillard.

      Mes condoléances à toute les familles et aux amis de ce grand homme.

  • Gaëtan Parent - Abonnée 26 juin 2018 15 h 37

    Heros National......

    Comme toutes les nations,les Québecois ont leurs heros:Gérin-Lajoie,Castonguay,Lévesques,Lesage,Frappier etc.presque tous fédéraliste-autonomiste,c'est un peu ce que le Québec est devenu.....

  • Pierre Bédard - Abonné 26 juin 2018 21 h 11

    Outré par la une du Devoir d'aujourd'hui!

    Durant des années, à l’antenne de la Radio de Radio Canada le matin, M. Marc Laurendeau nous a sensibilisé à l’importance des articles qui se retrouvent au dessus du pli à la une d'un journal.
    Ce matin, en regardant la une de mon journal, qu’elle ne fût pas ma déception en constatant que le texte qui se retrouve au dessus du pli ne parle que d’un petit escroc condamné pour ses méfaits alors que le texte qui rend hommage à Paul Gérin-Lajoie se retrouve complètement en bas du pli. Certe, il y a bien une photo de M. Gérin-Lajoie mais tous le texte qui explique la présence de cette photo en en dessous du pli!
    Je crois sincèrement que l’apport de M. Gérin-Lajoie à la société québécoise a été de beaucoup supérieur à ce que m. Accurso a pu apporter à la ssociété québécoise et cela méritait plus de respect que ce que la mise en page du Devoir de ce matin lui a témoigné.
    Pierre Bédard
    Abonné au devoir