Quand le coeur est dans le chocolat

Photo: Lisa-Marie Gervais Le Devoir Vingt ans après son arrivée au Québec, Olga Coronado Mijangos, d’origine guatémaltèque, est aux commandes d’une chocolaterie prospère.

L’histoire d’Olga Coronado Mijangos aurait pu inspirer le film La grande séduction. Son mari étant chirurgien dans la région de Montréal, toute la famille — dont trois enfants de 8, 13 et 15 ans — a été invitée à goûter aux charmes de Val-d’Or, cette boom town minière en mal de médecins. C’était en 1996.

« Les enfants disaient : “Maman, mais c’est quoi ce trou perdu ?” On s’était dit qu’on allait rester quatre ans, pas plus », raconte cette femme d’origine guatémaltèque. Vingt ans plus tard, toute la famille y est encore, sauf l’un des enfants.

Comme elle restait surtout à la maison et qu’elle parlait peu le français, Olga Coronado admet avoir mis du temps à s’intégrer au début. C’est par l’entrepreneuriat qu’elle prendra sa place.

Après quelques années à s’ennuyer, elle décide d’ouvrir un bistro dans un petit local du centre commercial de Val-d’Or.

« À l’époque, l’économie était en chute. L’or valait à peine 200 $ l’once et les maisons se donnaient presque, se souvient-elle. Mais comme mon mari était le chirurgien de la place, on a eu beaucoup de soutien de la part des gens. »

Sauf que le coeur de cette fille de confiseur battait pour le chocolat. Après avoir suivi une formation chez Bary-Caillebaut à Saint-Hyacinthe, Olga fondait Choco-Mango il y a 15 ans, une chocolaterie artisanale dont la réputation dépasse largement les frontières de l’Abitibi.

Avec un sommelier, elle développe le concept d’accord chocolats-vins et distribue ses créations partout au Québec.

Grâce à une bourse d’excellence, la femme d’affaires accomplie s’est même récemment rendue jusqu’à Paris pour concevoir un tout nouveau chocolat fait de cacao venant de trois continents.

« J’aime faire plaisir aux gens », dit-elle pour expliquer son succès. Après avoir succombé aux charmes de la grande séduction, à son tour de séduire les gourmands.

Consultez la suite du dossier