En un an, 12 attentats au véhicule-bélier

Un mémorial avait été installé sur la Promenade des Anglais, à Nice, le 17 juillet 2016, en hommage aux victimes de l'attentat survenu trois jours plus tôt.
Photo: Valery Hache Agence France-Presse Un mémorial avait été installé sur la Promenade des Anglais, à Nice, le 17 juillet 2016, en hommage aux victimes de l'attentat survenu trois jours plus tôt.

Les attentats au véhicule-bélier se multiplient depuis l’attaque survenue à Nice le 14 juillet 2016. Depuis, les attaques du genre se font de plus en plus nombreuses, particulièrement en Europe, mais aussi dans d’autres régions du monde. Rétrospective.

Nice, 14 juillet 2016

Le conducteur d’un poids lourd fonce sur la foule, sur la promenade des Anglais, quelques minutes après la fin du traditionnel feu d’artifice de la fête nationale. Le bilan s’établit à 86 morts et 458 blessés. L’attaque est revendiquée par le groupe armé État islamique.

Berlin, 19 décembre 2016

Un camion-bélier surgit au marché de Noël de la Breitscheidplatz, à Berlin, en Allemagne, faisant 12 morts et une cinquantaine de blessés. L’auteur de l’attentat prend la fuite et est tué, quelques jours plus tard, à Milan, en Italie. L’attaque est revendiquée par le groupe EI.

Jérusalem, 8 janvier 2017

Quatre personnes perdent la vie lorsqu’un conducteur projette son camion sur un groupe d’élèves officiers de l’armée israélienne sur la promenade Armon Hanatziv, à Jérusalem. Dix-sept personnes sont également blessées. L’auteur de l’attentat était un sympathisant du groupe EI.

Melbourne, 20 janvier 2017

Un homme fonce délibérement avec sa voiture sur des piétons au centre-ville de Melbourne, en Australie, causant la mort de cinq personnes et en blessant 37 autres. L’auteur de l’attaque, qui a été arrêté sur place, n’avait aucune motivation terroriste, selon les autorités.

Londres, 22 mars 2017

Une voiture sème la mort sur le pont de Westminster, à quelques mètres du Parlement britannique, à Londres. Le forcené poursuit sa course folle à pied et poignarde à mort un policier, faisant en tout cinq morts et une quarantaine de blessés. L’attentat est revendiqué par le groupe EI.

Stockholm, 7 avril 2017

Un camion renverse plusieurs passants sur une artère commerciale du centre-ville de Stockholm, fauchant la vie de quatre personnes et en blessant 19 autres. Le conducteur, un sympathisant présumé du groupe EI, est arrêté quelques heures plus tard.

New York, 18 mai 2017

Un ancien militaire fauche 23 piétons avec son véhicule sur Times Square, à New York, faisant une victime. Selon les autorités, le suspect arrêté sur place n’avait aucun lien avec l’extrémisme islamiste.

Londres, 3 juin 2017

Un camion prend pour cible des piétons qui marchent sur le pont de Londres, au Royaume-Uni, fauchant une vingtaine de personnes. Les assaillants poursuivent leur route et surgissent à Borough Market où ils poignardent au hasard des passants. Les trois terroristes font en tout huit victimes et 48 blessés. Le groupe EI revendique l’attentat.

Londres, 19 juin 2017

Un conducteur précipite son véhicule sur un groupe de musulmans rassemblés près d’une mosquée à Londres, au Royaume-Uni. Une personne rend l’âme et neuf autres sont blessées. Le suspect, qui serait islamophobe, est arrêté sur place.

Paris, 9 août 2017

Un homme fonce délibérement avec sa voiture sur des militaires à Levallois-Perret, en banlieue parisienne, faisant six blessés. Le suspect est arrêté quelques heures plus tard. On ne connaît pas encore ses motivations.

Charlottesville, 12 août 2017

Une voiture renverse des manifestants qui protestaient contre un rassemblement de l’extrême droite à Charlottesville, en Virginie. L’attaque fait une victime et 19 blessés. Le conducteur, qui serait un sympathisant de la mouvance d’extrême droite, est arrêté peu après.

Barcelone, 17 août 2017

Une camionnette sème la terreur sur la célèbre avenue Las Ramblas, le coeur touristique de Barcelone, fauchant la vie d’au moins 15 personnes et faisant au moins 80 blessés. Deux suspects sont arrêtés quelques heures plus tard. Le groupe EI se dit encore une fois derrière cette attaque.