Les Québécois réticents face à la légalisation du cannabis

La peur de voir le nombre d’accidents de la route — liés à la consommation de cannabis — augmenter significativement explique largement les résultats du sondage. 
Photo: iStock La peur de voir le nombre d’accidents de la route — liés à la consommation de cannabis — augmenter significativement explique largement les résultats du sondage. 

Les Québécois sont plus réticents que les habitants des autres provinces canadiennes à accepter la légalisation du cannabis au pays, révèle un sondage CROP mené pour le compte de Radio-Canada, dévoilé dimanche.

L’opinion du Québec diffère de celle du reste des provinces tant sur la légalisation du cannabis, sa consommation, ses lieux de vente ou l’utilisation des revenus en découlant.

Cinquante-quatre pour cent des Canadiens se disent en accord avec le projet de loi du gouvernement Trudeau. Mais au Québec, un tiers des habitants y sont défavorables alors que dans le reste du pays, cela n’est le cas que d’une personne sur cinq.

Une majorité de Québécois, soit 56 %, se disent inquiets de la légalisation du cannabis, tandis que dans les autres provinces, ils ne sont que 45 %.

La peur de voir le nombre d’accidents de la route — liés à la consommation de cannabis — augmenter significativement explique largement ces résultats. En effet, 59 % des personnes interrogées à travers le pays évoquent une telle préoccupation ; au Québec, ils sont 65 %.

Quelle que soit la province de résidence des répondants, les moins de 35 ans se montrent les plus ouverts au changement législatif à venir. Les deux tiers des 18-34 ans appuient le projet de loi.

Le sondage a été réalisé en ligne du 11 au 23 mai auprès de 2536 personnes, dont 1017 répondants québécois.

3 commentaires
  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 29 mai 2017 10 h 49

    Je crois...

    ... que c'est très sain d'être un peu méfiant. Ainsi, la modération a bien meilleur goût.

    Après tout, c'est d'une drogue dont on parle ici. Faut pas se leurrer!

    • Sylvain Auclair - Abonné 29 mai 2017 11 h 58

      C'est une drogue... uniquement parce que la loi la définit ainsi. Le tabac, le café et l'alcool en sont aussi.

  • Sylvain Auclair - Abonné 29 mai 2017 11 h 59

    Étonné

    Les Québécois seraient-ils devenus plus conservateur que les Canadiens?