La météo provoque inondations et craintes à travers le Québec

Un embâcle sur la rivière Chaudière a ravivé de mauvais souvenirs à Beauceville, qui avait dû évacuer quelque 200 résidants l'année passée.
Photo: Renaud Philippe Archives Le Devoir Un embâcle sur la rivière Chaudière a ravivé de mauvais souvenirs à Beauceville, qui avait dû évacuer quelque 200 résidants l'année passée.

Le redoux et la température étonnamment élevée pour un mois de février font craindre des crues de rivières au Québec. Déjà, des sous-sols de résidences de Beauceville ont été inondés samedi soir. Plusieurs rivières sont sous surveillance par Santé publique Québec, en Montérégie et dans Lanaudière tout particulièrement.

Un embâcle sur la rivière Chaudière a ravivé de mauvais souvenirs à Beauceville, qui avait dû évacuer quelque 200 résidants l’an dernier. Plusieurs sous-sols de résidences ont été inondés, samedi soir, et des tronçons de rues ont dû être fermés à la circulation automobile. Aucune évacuation n’a toutefois été ordonnée. Des équipes ont été déployées pour venir en aide à la population.

Les pluies de samedi sur le sud-ouest du Québec ont aussi fait craindre des embâcles. Des inondations ont été signalées dans le secteur de Carignan, en Montérégie. La rivière L’Acadie a débordé, envahissant des routes et des champs. Son état était toutefois considéré à nouveau comme normal par le ministère dimanche soir.

Toujours dimanche soir, Santé publique Québec signalait en soirée une inondation moyenne pour la rivière Chaudière (à Saint-Joseph), dont le niveau est toujours en hausse. La rivière Châteauguay était également sous surveillance, mais son niveau était à la baisse.

Les rivières Noire, Nicolet (niveaux en baisse) et Yamaska (niveau en hausse) étaient toutes trois sous surveillance, dimanche soir.