Laval est frappée par une autre vague de fugues d'adolescentes

Laval — Les autorités policières de Laval disent étudier toutes les hypothèses pour tenter d’expliquer les disparitions ou fugues d’adolescentes survenues sur son territoire depuis vendredi.

Quatre adolescentes — dont certaines habitant le Centre jeunesse de Laval — ont pris la clé des champs. L’une d’entre elles, Mathilde Geoffroy-Aubé, 16 ans, disparue depuis samedi matin est retournée à son domicile. Elle est en bonne santé, aux dires de la police de Laval. De plus, un adolescent a aussi déguerpi.

La police lavalloise refuse pour l’instant de faire des liens avec ces événements et la tenue à Montréal du Grand Prix de Formule 1, un événement qui fait grimper l’offre et la demande sur le plan de la prostitution juvénile.

Elle confirme que ces jeunes Lavallois, dont l’âge varie entre 14 et 17 ans manquent à l’appel depuis vendredi, mais ajoute qu’il s’agit de dossiers distincts.

Juste avant le Grand Prix, divers organismes à Montréal sont intervenus pour lancer une mise garde contre l’exploitation sexuelle en lançant une campagne de sensibilisation pour les touristes et la population.

La campagne «Acheter du sexe n’est pas un sport» a été lancée par divers groupes dont le Phare des Affranchi(e)s, l’Y des femmes de Montréal et la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle.

L’hiver dernier, le gouvernement québécois avait nommé un vérificateur qui avait analysé le phénomène des fugues reliées à l’exploitation sexuelle.

André Lebon avait averti le gouvernement et la population que les centres jeunesse sont «en crise». Une série de recommandations avaient été formulées.

Il avait pris soin d’ajouter que le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval n’est pas une «passoire», étant donné que tous les protocoles sont respectés. À son avis, les fugues sont en hausse de façon générale au Québec.
 
1 commentaire
  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 11 juin 2016 19 h 59

    les libéraux et leur chef

    sont-ils responsables de ces adolescents,oui ou non? J-P.Grise