Une marche pour les victimes de génocides

Des milliers de personnes ont participé à la Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, dimanche, dans le centre-ville de Montréal afin d’honorer la mémoire des victimes des génocides survenus au XXe siècle. Créé en 2015 à l’occasion du 100e anniversaire du génocide arménien, l’événement englobait cette année tous les génocides et crimes contre l’humanité commis au siècle dernier. Selon les organisateurs, la Marche a attiré plus de 10 000 personnes issues, entre autres, des communautés juive, tutsie, cambodgienne, ukrainienne et libanaise. Mélanie Joly, la ministre du Patrimoine canadien, Christine St-Pierre, la ministre québécoise des Relations internationales et de la Francophonie, ainsi que Kathleen Weil, la ministre québécoise de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, étaient aussi présentes. « Il faut apprendre des leçons de ces génocides-là pour éviter à terme la répétition de l’histoire », a déclaré Apraham Niziblian, l’un des instigateurs de l’événement, ajoutant que la violence était de plus en plus présente dans le monde, notamment au Moyen-Orient et en Afrique. M. Niziblian a exhorté les gouvernements, dont ceux du Québec et du Canada, à ne pas rester passifs par rapport à ces conflits.