Le centre Mélaric rouvrira ses portes

Le centre Mélaric avait dû fermer ses portes en janvier dernier.
Photo: Centre Mélaric Le centre Mélaric avait dû fermer ses portes en janvier dernier.

Québec — Le centre Mélaric, qui offre des services de thérapie et de réinsertion sociale aux hommes adultes ayant des problèmes de dépendance, rouvrira ses portes, a annoncé mercredi la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines Habitudes de vie, Lucie Charlebois.

Le centre de désintoxication, situé à Saint-André-d’Argenteuil dans les Laurentides, avait annoncé sa fermeture en janvier dernier, affirmant qu’il souffrait d’un manque de financement adéquat depuis que les prestations d’aide sociale mensuelles de ses clients avaient été réduites par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale. Les employés du centre avaient alors perdu leur emploi et les 75 clients du centre avaient dû être déplacés.

La ministre Charlebois a précisé mercredi que la réouverture du centre avait été rendue possible grâce à un financement récurrent de 6 millions de dollars prévu pour soutenir les ressources certifiées offrant de l’hébergement en dépendance au Québec. Mélaric bénéficiera d’un financement qui sera calculé en fonction des critères du programme.

Le député d’Argenteuil, Yves St-Denis, a précisé que l’annonce redonnerait des emplois à ceux qui les avaient perdus.

La directrice générale adjointe de Mélaric, Lise Bourgault, a indiqué qu’une rencontre aurait lieu en mai pour discuter du moment où le centre pourrait accueillir son premier client, ce qui pourrait se faire dès le mois de juin.

Le nouveau conseil d’administration du centre est par ailleurs présidé par le commandant Robert Piché, qui était devenu célèbre pour avoir fait atterrir un avion d’urgence en 2001. Celui qui a déjà lui-même eu des problèmes d’alcool a affirmé qu’il reprenait les effectifs à zéro et repartait « avec un nouveau plan pour rendre la chose viable ».

3 commentaires
  • Hélène Gervais - Abonnée 27 avril 2016 12 h 41

    J'espère qu'il n'est pas trop tard ....

    pour ceux qui ont été évincés.

  • Nicole Delisle - Abonné 27 avril 2016 13 h 15

    Et la petite danse continue....de plus belle.

    Trois petits pas en arriere, un petit pas en avant et saluez votre compagnie! Non, mais quelle efficacité de décision! On coupe les subventions à cause des compressions en laissant des gens démunis, affligés, sans aucune compassion. Puis,
    quelques temps plus tard, on réalloue des sommes pour tenter de le remettre sur pieds. Wow! Quelle absurdité d'administration! Vraiment, la ministre est surprenante,
    déstabilisante. S'est-elle rendu compte de sa grossière erreur? A-t-elle analysé le dossier suite à sa décision, alors qu'elle aurait dû le faire avant? A-t-elle subi des pressions politiques? Pourquoi faire subir à des gens qui ont besoin d'aide et de stabilité et à des dirigeants du Centre une telle volte-face? Jouer ainsi avec les sentiments des gens est d'une réelle cruauté. Y a-t-il encore des adeptes qui veulent
    voter pour un parti qui danse aussi bien, en faisant mille et une pirouettes?

  • Georges Tremblay - Abonné 27 avril 2016 13 h 53

    Quel bel édifice

    J'ai cherché en vain des infos concernant l'origine du centre Mélaric. Qui ou quel organisme l'a construit? Qui l'a alors utilisé?